Un changement de mentalité fait du Vanuatu l'étoile montante du développement économique

Le Vanuatu est devenu Membre de l'Organisation mondiale du commerce (OMC) en 2012 et a accompli d'immenses progrès sur le plan économique. Il est prévu qu'il sorte de la catégorie des pays les moins avancés (PMA) le 4 décembre 2020.

Le taux de croissance du PIB du pays a oscillé autour de 3 ou 4% au cours des trois dernières années (un taux compris entre 2 et 3% est considéré comme élevé), le revenu par habitant a doublé depuis 1990 et l'investissement étranger a prospéré grâce à un environnement politique ouvert, transparent et favorable.

Ce qui est plus impressionnant, c'est que le pays a obtenu ces résultats malgré des difficultés économiques intrinsèques.

"L'éloignement entraîne des coûts de transport plus élevés, tant pour les importations que pour les exportations. Cela, associé à la petite taille du marché intérieur du Vanuatu, fait qu'il est très difficile pour le pays de s'intégrer dans les chaînes de valeur mondiales", a dit Arne Klau, conseiller à l'OMC et coauteur du rapport d'examen 2018 de la politique commerciale du Vanuatu – un exercice de transparence prescrit par l'OMC qui a lieu tous les sept ans environ pour certains pays Membres comme le Vanuatu.

"Ces résultats témoignent d'un changement de mentalité au sein du gouvernement", a dit Eliu Luen, responsable au Vanuatu du Cadre intégré renforcé, qui œuvre auprès des PMA pour stimuler le commerce et le développement économique.

"Le Vanuatu a adopté une approche inclusive de la politique et de la prise de décisions – en invitant les organisations de la société civile et le secteur privé à s'impliquer. L'implication de ces organismes de mise en œuvre a rendu le processus plus efficace", a t il dit.

À titre d'exemple, on peut mentionner le Comité national de développement du commerce extérieur – un groupe de haut niveau composé de représentants des secteurs public et privé qui débattent des problèmes liés au développement du commerce et formulent des recommandations à l'intention du Conseil des ministres du Vanuatu.

"Il s'agit essentiellement d'un parlement spécialisé dans les questions commerciales. Il s'est avéré très efficace", a dit Eliu.

 

 

La stabilité de l'État a permis au pays de tirer parti de l'essor du tourisme, malgré le passage dévastateur du cyclone Pam en mars 2015.

"Le Vanuatu a fait d'une catastrophe une occasion de revaloriser son front de mer. Avec le soutien des gouvernements de divers pays donateurs, le front de mer a complètement changé. Il est devenu un centre d'affaires bourdonnant où l'on trouve cafés, restaurants et produits artisanaux. Tout le monde en profite", a dit Eliu.

Rosalie Vatu, commerçante, dirige aujourd'hui une association après avoir possédé une entreprise individuelle.

"Le passage du cyclone Pam a été une catastrophe, c'était une véritable désolation pour nous … L'embellissement du front de mer, et la construction du bâtiment Haus Blong Handicraft en particulier, nous ont vraiment fait avancer", a t elle dit.

"Notre centre de Port Vila est unique; tout ce que les touristes trouvent ici est fabriqué au Vanuatu. C'est une grande chance pour nous", a t elle ajouté.

Grâce à ses résultats économiques, le Vanuatu satisfait désormais aux critères à remplir pour sortir de la catégorie des PMA en 2020. Bien qu'il s'agisse d'une étape importante, il subsiste souvent des craintes liées à une éventuelle modification de l'admissibilité au bénéfice de l'aide internationale.

"Il n'y a rien à craindre", a dit Eliu à ce sujet.

"Le Vanuatu a aussi négocié des accords bilatéraux fondés sur l'aide liée au changement climatique plutôt que sur l'aide liée au fait d'être un PMA. En outre, le Cadre intégré renforcé soutiendra le Vanuatu pendant encore cinq ans jusqu'à sa sortie de la catégorie des PMA et à sa transition vers son nouveau statut."

Guidé par un Plan de développement national durable ambitieux (intitulé "Le plan du peuple"), le Vanuatu a des objectifs clairs pour la phase suivante de son développement.

"Des efforts sont actuellement déployés pour mettre en place une zone économique de libre échange, réduire les délais à l'exportation pour les négociants au moyen d'un système de guichet unique et construire un quai et une usine pour la transformation du poisson", a dit Eliu.

"L'avenir est prometteur."

KEYWORDS: LDC graduation tourism natural disasters and trade handicrafts

CREDITS: Header image - ©EIF/José Carlos Alexandre