Novembre 19, 2020

Le commerce dans les Tuvalu

Des praticiens du commerce discutent du paysage commercial du pays et de ce que leur travail quotidien implique

 

La nation insulaire des Tuvalu, dans le Pacifique, ne compte qu'un peu plus de 10 000 habitants. Situés à mi-chemin entre Hawaï et l'Australie avec 26 kilomètres carrés de terres, son isolement et sa taille font que le commerce pour le pays est à la fois difficile et essentiel.

George Vann Temauaniti et Darryl Farshid Ikbal, du Ministère du commerce des Tuvalu, discutent de ce qui se passe là-bas et des promesses qui se profilent à l'horizon.

À quoi ressemble le commerce aux Tuvalu aujourd'hui?

Au début des années 2000, nous avons fait des analyses de notre commerce et rédigé des politiques commerciales et les choses ont commencé à changer – le contexte du commerce a commencé à changer. Nous sommes maintenant en mesure de communiquer sur le commerce à notre public cible et, avec le soutien d'une bonne politique commerciale, nous mettons en œuvre des activités intéressantes. Ces activités sont alignées sur le plan stratégique national, et tout cela contribue à renforcer la confiance dans le commerce.

Comment avez-vous commencé à vous intéresser au commerce?

Temauaniti: Je n'avais aucune expérience dans le domaine du commerce, et j'ai commencé à travailler sur le projet du Cadre intégré renforcé (CIR) avec le Ministère du commerce, du tourisme et du commerce en 2013. Après seulement six mois de travail, j'ai commencé à comprendre l'importance du commerce pour le pays en termes de croissance économique et de réduction du taux de pauvreté aux Tuvalu.

Ces deux objectifs sont les plus importants. Dans la perspective du commerce, cela m'a donné envie de vouloir aider nos dirigeants à voir où se trouvent les possibilités d'apporter des changements à l'économie. Ainsi, lorsque j'ai commencé à travailler avec le consultant pour rédiger la politique commerciale, j'ai mieux compris ce dont le pays avait besoin et quels types d'activités étaient nécessaires. Cela m'a vraiment aidé à renforcer ma confiance dans ce domaine. C'est à partir de ce moment que j'ai commencé à m'intéresser au commerce.

Et quels sont les principaux débouchés commerciaux pour les Tuvalu?

Pendant la période de consultation pour le cadre de politique commerciale (TPF), nous avons interrogé des personnes de partout, même des îles périphériques, et leur avons demandé quelles étaient les principales activités susceptibles de contribuer à l'économie, et beaucoup ont cité le tourisme comme une opportunité économique pour les Tuvalu.

Pour les habitants des îles périphériques, qui produisent des articles, l'accès aux chaînes d'approvisionnement est l'une des meilleures opportunités. Ils ont donc suggéré des produits tels que l'huile de noix de coco, le poisson séché, les sirops de noix de coco – c'est donc ce que nous recherchons pour que les habitants des îles périphériques puissent obtenir quelques revenus.

Nous avons également remarqué que la mobilité de la main-d'œuvre est l'un des facteurs qui contribuent à l'économie en termes de génération de revenus. Les Tuvalu ne comptent que 11 000 habitants. Au début des années 2000, le pays comptait environ 500 marins et les recettes perçues s'élevaient à près de 4 à 5 millions d'AUD (2,9 à 3,6 millions de dollars EU), pour 500 personnes seulement, mais si nous arrivons à 2 000 personnes travaillant comme marins ou en Nouvelle-Zélande ou en Australie, nous pourrions atteindre environ 10 millions d'AUD, ce qui contribuerait beaucoup à notre économie.

Parlez-moi du secteur de la pêche des Tuvalu.

Nous sommes entourés par l'océan, nous avons environ 900 000 kilomètres carrés, donc nous regorgeons de poissons et nous avons permis aux investisseurs de venir pêcher dans nos mers, de profiter des importantes ressources dont nous disposons et ils en tirent de l'argent, mais nous ne percevons qu'une partie de ce qu'ils gagnent. C'est un exemple du changement de mentalité que nous devons opérer, participer aux affaires au lieu de nous contenter du bout de la chaîne.

Comment le plan pour le tourisme aux Tuvalu est-il affecté par la COVID-19?

La COVID a vraiment perturbé l'économie. Nous devons continuer à nous concentrer sur le secteur du tourisme en espérant que la pandémie sera bientôt terminée. La pandémie nous donne peut-être l'occasion de terminer une partie du travail, par exemple envisager la construction d'infrastructures et réfléchir à la manière de commercialiser notre secteur du tourisme – ces choses peuvent être faites maintenant, de sorte qu'une fois la crise passée, nous puissions nous atteler à la tâche et contribuer à la croissance du tourisme ici.

Si vous regardez le tourisme, et certaines données collectées en 2018, nous avons eu environ 1 000 à 2 000 touristes qui dépensent selon les estimations environ 1 000 à 2 000 dollars EU chacun durant un séjour d'une semaine; cela représente beaucoup de revenus pour nous. Donc toute augmentation du tourisme est bénéfique, il vaut mieux toucher chaque mois un montant comme ça que de dépendre de l'aide des donateurs.

À quoi ressemble une journée de travail pour vous?

Nous avons beaucoup d'activités, mais toutes doivent être liées au plan de travail du projet, et à chacune d'entre elles correspond une approche différente. Nous organisons donc des réunions avec nos clients; nous rencontrons régulièrement des représentants du secteur privé pour déterminer le soutien ou les formations dont ils ont besoin; nous organisons des ateliers sur Funafuti et les îles périphériques; nous soutenons les activités du PACER-plus (Accord du Pacifique pour le renforcement des relations économiques); nous soutenons les services de conseil pour la réhabilitation de la noix de coco dans les îles périphériques; nous fournissons aux îles périphériques des informations sur la manière d'améliorer la production d'huile de coco; nous travaillons avec l'équipe chargée du tourisme; nous avons des groupes qui travaillent avec différents secteurs et départements pour faire du brassage d'idées; nous rédigeons des rapports et développons des propositions de projets et des notes conceptuelles pour l'aide au financement; nous assurons le suivi avec les donateurs pour soutenir le financement des projets; nous élaborons des mandats et créons des mémorandums d'accord, par exemple récemment avec une organisation de femmes d'affaires; et, bien sûr, nous répondons aux courriels.

Un projet phare?

Ikbal: PACER-plus, sans aucun doute. C'est un énorme accord régional que les pays ont signé, et nous avons reçu un soutien massif du CIR pour nous aider à faire avancer ce programme et soutenir le Ministère du commerce.

Nous faisons tout le travail préparatoire pour que les Tuvalu ratifient cet accord de libre-échange et nous espérons que d'ici la fin novembre, le cabinet ratifiera PACER-plus.

Un autre point fort pour moi est la visite des îles périphériques et la rencontre avec les gens et l'écoute de leurs expériences; par exemple s'ils veulent produire des chips de fruits de l'arbre à pain, nous pouvons discuter avec eux de ce dont ils ont besoin pour commencer et de la stratégie. Ce sont ces expériences qui me motivent à rester et à travailler dans le domaine du commerce, sachant que nous pouvons apporter une aide à ces producteurs locaux.

-----------------

Cet article fait partie d'une série de reportages mettant en lumière le travail des praticiens du commerce et des partenaires du Cadre intégré renforcé dans les pays les moins avancés.

Avertissement

Les vues et opinions exprimées sur la plate forme Nouvelles du commerce pour le développement sont celles des auteurs et ne reflètent pas nécessairement celles du CIR.