Available in:
Mars 08, 2022

Les femmes jouent un rôle clé dans la lutte contre le changement climatique

Les femmes ont 14 fois plus de risques de mourir d'une catastrophe climatique que les hommes. Cette constatation, faite par ONU Femmes, reflète la reconnaissance croissante du fait que les effets néfastes des catastrophes naturelles touchent les groupes marginalisés, notamment les femmes et les enfants, de manière disproportionnée.

La raison en est simple: les femmes sont plus pauvres car elles gagnent moins, ont des emplois moins sûrs et sont plus dépendantes des ressources naturelles que le changement climatique menace le plus, selon un rapport de Care, une organisation caritative internationale. De même, la Banque mondiale note que les micro, petites et moyennes entreprises, dans lesquelles travaillent de nombreuses femmes, sont moins à même de supporter les coûts du changement climatique que les grandes entreprises.

Bien qu'elles soient les premières concernées par le problème, les femmes ne font souvent pas partie de la solution. Le Plan d'action des Nations Unies sur l'égalité hommes-femmes note que le développement durable ne pourra être atteint que si les femmes participent à l'élaboration et à la mise en œuvre de tous les aspects de l'atténuation des effets du changement climatique et de l'adaptation à celui-ci. Pour cela, il faut faire de l'autonomisation économique des femmes un pilier central de la politique et de l'action en matière de climat.

Par exemple, la croissance tirée par le commerce est essentielle pour éliminer l'extrême pauvreté, mais elle peut augmenter les émissions à l'origine du réchauffement de la planète. L'une des voies du développement durable consiste à faire en sorte que cette croissance soit économe en carbone et résiliente face au changement climatique. Le fait de renforcer la place des femmes dans le commerce leur permet de jouer un rôle clé dans la lutte contre le changement climatique tout en augmentant leurs revenus et en stimulant la croissance globale.

Les femmes font partie de la solution

Voici quelques exemples qui illustrent bien la situation. Au Mali, en Afrique de l'Ouest, 370 500 personnes, dont 80% de femmes, vivent de la production de gomme arabique issue des acacias. Avec l'aide de partenaires, le gouvernement malien soutient la plantation de 10 000 hectares d'acacias. Cela permettra d'augmenter les revenus des femmes concernées, tout en construisant la "grande muraille verte de l'Afrique" pour aider à lutter contre le changement climatique.

Dans le nord de l'Ouganda, un projet de deux ans mené par la plate-forme East African Women in Business travaille, depuis août 2020, avec 7 400 femmes entrepreneurs dans le commerce du beurre de karité. En les aidant à former des coopératives, à améliorer la qualité de leur produit et à se connecter aux marchés, le projet améliore les revenus des femmes tout en plantant ou préservant des karités dans un contexte où les arbres à karité continuent d'être brulés illégalement pour en tirer du charbon de bois.

Ailleurs, au Lesotho, des serres rendent la production de légumes plus durable, tout comme l'utilisation de teintures végétales pour le tannage du cuir au Tchad. En Zambie, les apiculteurs utilisent des méthodes modernes plus sûres qui encouragent la participation des femmes; aux Comores, l'accent est mis sur le tourisme durable, tandis que l'emballage des mangues au Burkina Faso utilise des emballages durables et une énergie solaire plus propre.

Il s'agit là de quelques-uns des engagements pris au titre de l'initiative "Rendre les femmes plus autonomes, dynamiser les échanges" du Cadre intégré renforcé, qui recense les principaux obstacles auxquels se heurtent les femmes pour s'engager dans le commerce mondial et contribue à y remédier. Les leçons tirées des exemples de terrain ci-dessus montrent l'intérêt d'orienter davantage le financement destiné au climat vers le soutien aux organisations de femmes.

Des programmes d'aide pour le commerce plus intelligents

Ces initiatives montrent également la nécessité de prendre en compte les effets du changement climatique lors de la conception des programmes d'aide pour le commerce. Les considérations relatives au changement climatique devraient occuper une place plus importante dans les programmes d'aide pour le commerce, parallèlement à l'accent mis sur le développement des capacités productives dans les pays les moins avancés.

Concevoir des programmes d'aide pour le commerce qui se concentrent sur l'expansion des capacités productives favorisant l'égalité des sexes et qui sont en même temps sensibles au climat permettra de réduire la pauvreté, de minimiser les dommages à l'environnement et de rendre le développement plus durable.

La crise climatique a mis en évidence l'importance du travail à accomplir aujourd'hui pour que l'avenir soit plus durable. Les expériences décrites ci-dessus montrent que la compréhension et la promotion de l'égalité des genres amélioreront nos chances de réussir à augmenter les revenus grâce à une production durable et à un commerce plus intelligent et plus efficace.

Alors que le monde célèbre la Journée internationale de la femme, nous devons mettre les femmes en première ligne pour œuvrer à un avenir durable en leur donnant les moyens d'agir en tant qu'agents du changement et en investissant davantage dans des politiques et des programmes qui leur conviennent.

Pour ce faire, il faudra améliorer la qualité des données afin d'évaluer l'efficacité des mesures prises, renforcer la responsabilisation et orienter le financement du climat vers le soutien des organisations de femmes qui travaillent déjà à l'atténuation des effets du changement climatique et à l'adaptation à celui-ci, y compris dans les zones rurales.

Si nous travaillons ensemble et appliquons les leçons apprises, nous créerons des opportunités pour accroître la prospérité sans nuire à la planète pour les générations de demain. Il ne s'agit pas seulement de faire en sorte que les femmes n'aient pas 14 fois plus de risques de mourir d'une catastrophe naturelle; nous pourrons construire un monde où chacun – femmes, hommes et enfants – est protégé des effets néfastes du changement climatique.

Avertissement

Les vues et opinions exprimées sur la plate forme Nouvelles du commerce pour le développement sont celles des auteurs et ne reflètent pas nécessairement celles du CIR.