Importance du commerce pour la diversification économique

  • La diversification économique est une composante essentielle du développement grâce à laquelle un pays s'oriente vers une structure de production plus diversifiée et renforce ainsi sa résistance aux chocs extérieurs tout en s'engageant sur la voie d'une croissance équitable.

  • L'expansion du commerce joue un rôle central dans la création de nouveaux emplois à plus forte productivité qui favoriseront la croissance et la réduction de la pauvreté dans les pays les moins avancés grâce à la transformation structurelle.

  • Les investissements dans les compétences, les infrastructures, les institutions et la qualité de la gouvernance augmentent les chances de réussite de la diversification et sont à leur tour impactés par l'ampleur de la diversification.

Une diversification économique insuffisante se traduit fréquemment par une plus grande vulnérabilité face aux chocs extérieurs, qui peut compromettre les perspectives de croissance économique à long terme. Les pays les plus pauvres de la planète, qui sont souvent petits ou géographiquement isolés, sans littoral et/ou fortement dépendants de l'agriculture primaire ou des minéraux, présentent généralement les structures économiques les plus concentrées.

Cela crée des difficultés en termes d'exposition aux chocs sectoriels, comme les événements météorologiques dans le secteur de l'agriculture ou les chocs soudains sur les prix des minéraux. La croissance tend à être déséquilibrée dans le cas des pays tributaires des ressources minérales ou lente et difficile à maintenir dans les pays agraires. Il est particulièrement difficile de parvenir à une croissance induite par le commerce, qui réduit la pauvreté, dans les pays dont l'économie dépend fortement des produits de base.

Les pays qui sont pour des raisons géographiques pénalisés par un manque de connectivité aux marchés régionaux ou mondiaux ont aussi du mal à diversifier leur production et à modifier la physionomie de leurs exportations. De toutes les régions du monde, l'Afrique subsaharienne est sans doute celle qui pâtit le plus de niveaux de concentration économique élevés.

 

Diversification des exportations en Afrique subsaharienne, 2017

La diversification économique est importante pour le développement...

La diversification économique est une composante essentielle du développement économique grâce à laquelle un pays s'oriente vers une structure de production et des échanges plus diversifiée. Elle aide à gérer la volatilité et fournit une voie plus stable pour une croissance et un développement équitables. Une diversification réussie est d'autant plus importante aujourd'hui que la croissance mondiale est incertaine et que, dans de nombreux pays en développement, il devient impératif d'accroître la quantité et la qualité des emplois.

Pour favoriser une croissance durable, il est indispensable de passer des emplois à faible productivité, que l'on trouve principalement dans l'agriculture, à des emplois à plus forte productivité dans un ensemble d'activités essentiellement urbaines caractérisées par des économies de forte agglomération. Si l'accroissement rapide de la population active offre à de nombreux pays en développement la possibilité de bénéficier d'un dividende démographique, il peut être difficile de concrétiser cette possibilité en l'absence de diversification économique et de croissance du secteur privé, lequel crée des emplois.

L'action des pouvoirs publics demeure cruciale; elle passe par des investissements publics bien pensés et des réformes efficaces à l'appui d'une économie plus diversifiée.

et le commerce est important pour la diversification économique

L'expansion du commerce joue un rôle central dans la création de nouveaux emplois à plus forte productivité qui faciliteront la croissance grâce à la transformation structurelle. L'intégration dans l'économie mondiale est à l'origine du succès de nombreux pays qui ont réussi à diversifier leur économie, ce qui a aussi permis de réduire considérablement la pauvreté. La diversification des exportations devrait être considérée comme un objectif en soi pour réduire la vulnérabilité aux chocs commerciaux et stabiliser les recettes d'exportation.

La nature et la structure de la protection sur les marchés étrangers déterminent les possibilités de diversification des exportations dans les pays en développement. C'est particulièrement le cas si la protection à l'étranger est biaisée en faveur de produits pour lesquels les pays en développement jouissent d'un avantage comparatif.

Par exemple, la progressivité des droits dans les pays développés a longtemps restreint les possibilités pour les pays en développement d'ajouter de la valeur aux produits agricoles et minéraux et de développer des activités annexes. De même, pour l'industrie légère, les droits d'importation sur des produits tels que les vêtements et les chaussures sont généralement beaucoup plus élevés que sur les tissus et le cuir.

Dans une certaine mesure, cette contrainte a été atténuée par la libéralisation du commerce multilatéral dans le cadre de l'Organisation mondiale du commerce (OMC), qui a permis de réduire les crêtes tarifaires dans les pays riches, et par l'octroi de préférences tarifaires non réciproques aux pays en développement. Ces préférences tarifaires sont néanmoins souvent contrebalancées par des règles d'origine excessivement restrictives.

L'intégration régionale et l'approfondissement du commerce Sud‑Sud constituent également des mécanismes efficaces pour développer les débouchés commerciaux des entreprises exportatrices. Il est souvent plus difficile de diversifier les exportations vers des marchés à revenu plus élevé que de diversifier les exportations vers les marchés régionaux. Les normes sont effectivement généralement plus strictes et il faut par conséquent des investissements plus importants pour améliorer la qualité et se conformer aux prescriptions en matière de santé et de sécurité.

C'est pourquoi la diversification à travers les exportations vers des pays voisins où les préférences des consommateurs sont similaires et les prescriptions réglementaires comparables – et par conséquent les coûts de mise en conformité potentiellement inférieurs – peut s'avérer plus facile. Idem pour le commerce Sud‑Sud. L'expansion sur ces marchés peut ensuite servir de tremplin à un pays donné pour élargir son accès au marché mondial, une fois que celui‑ci a acquis plus d'expérience en matière d'exportation et qu'il a une plus grande connaissance des prescriptions relatives aux produits sur les autres marchés.

Les droits de douane sur les importations peuvent faire obstacle à la diversification des exportations et à l'intégration durable dans les réseaux de production régionaux ou mondiaux. Le niveau de protection des importations détermine les incitations à produire des biens exportables en relevant directement le prix intérieur des importations par rapport aux exportations. En outre, les droits de douane sur les intrants intermédiaires utilisés par les exportateurs en l'absence de systèmes de ristourne de droits efficaces augmentent le coût de production des biens destinés à l'exportation et, par conséquent, réduisent la production des biens échangeables.

Il est également important de se pencher sur les mesures non tarifaires dans le cadre d'une stratégie de diversification. Les règles et réglementations sur les marchés étrangers qui régissent les procédures à la frontière, les règlements techniques et les normes peuvent accroître les coûts du commerce et limiter l'entrée de nouveaux exportateurs, en particulier lorsqu'elles sont conçues d'une manière discriminatoire pour le commerce.

Dans le cadre de ses accords sur les obstacles techniques au commerce (OTC) et sur les mesures sanitaires et phytosanitaires (SPS), l'OMC fournit les disciplines nécessaires concernant les mesures réglementaires discriminatoires et un cadre pour contester les réglementations qui établissent une discrimination arbitraire à l'encontre des fournisseurs. De même, l'Accord de l'OMC sur la facilitation des échanges favorise l'adoption des meilleures pratiques en matière de procédures douanières. Les accords commerciaux préférentiels qui comportent des dispositions sur l'harmonisation ou la reconnaissance mutuelle des normes de produits peuvent aussi contribuer à réduire les coûts associés à la diversité réglementaire.

Les politiques relatives au commerce des services peuvent stimuler la diversification grâce au développement des exportations de services. Elles peuvent aussi promouvoir la diversification des exportations de marchandises en améliorant l'accès à une gamme plus large d'intrants de services produits de manière plus efficiente. Les coûts élevés de l'énergie, des télécommunications, de la logistique et des finances nuisent à la compétitivité des entreprises et les empêchent de diversifier leur production et leurs exportations.

À mesure que les pays se développent, la libéralisation du secteur des services peut aider les entreprises à répondre aux besoins en approvisionnement, à se diversifier et à s'intégrer dans les chaînes de valeur régionales et mondiales pour les marchandises comme pour les services. Des services efficaces sont également essentiels pour tirer parti des circuits de distribution modernes. Les producteurs utilisent de plus en plus le commerce électronique (points de vente en ligne) pour vendre directement aux consommateurs.

La diversification vers les exportations de services peut toutefois être entravée par l'hétérogénéité des réglementations. Pour remédier à cette difficulté, les réformes du secteur des services doivent aller au‑delà de l'ouverture commerciale et se concentrer sur la simplification, l'harmonisation et/ou la reconnaissance mutuelle des réglementations nationales.

Réflexions finales

Il n'existe pas de formule unique pour favoriser un processus ordonné de changements structurels qui soit capable de renforcer la résilience des économies face aux chocs extérieurs et d'offrir aux citoyens les possibilités d'emplois plus productifs dont ils ont besoin pour améliorer de manière durable leurs moyens de subsistance.

Quel que soit le domaine concerné, les politiques doivent toujours être adaptées aux circonstances particulières, aux situations géographiques et aux dotations en ressources diverses ainsi qu'aux capacités institutionnelles, de gouvernance et de mise en œuvre contrastées des pays qui se trouvent à divers stades de développement. Le succès des efforts de diversification dépend en fin de compte de la combinaison, de l'échelonnement et du calendrier des investissements, des réformes de politique et du renforcement des institutions, ainsi que de leur cohérence avec les ressources sous‑jacentes et les avantages comparatifs correspondants de chaque pays.

Les investissements dans les compétences, les infrastructures, les institutions et la qualité de la gouvernance – c'est‑à‑dire l'amélioration de la transparence, de la responsabilité et de la prévisibilité dans le processus décisionnel gouvernemental – augmentent les chances de réussite de la diversification et sont à leur tour impactés par l'ampleur de la diversification.

 

------------

* Les auteurs travaillent au Pôle mondial d'expertise en macroéconomie, commerce et investissement du Groupe de la Banque mondiale. Cet article est inspiré du chapitre intitulé Diversification de l'économie: Enseignements tirés de la pratique, auquel ont contribué les auteurs et qui figure dans le Panorama de l'Aide pour le commerce 2019, une publication conjointe de l'Organisation de coopération et de développement économiques et de l'Organisation mondiale du commerce. Les opinions exprimées dans cet article sont celles des auteurs et ne doivent pas être attribuées au Groupe de la Banque mondiale ou à ses gouvernements actionnaires.

--------

Cette série a été financée par le gouvernement australien par l'intermédiaire du Département des affaires étrangères et du commerce. Les opinions exprimées dans cette publication sont celles des auteurs et ne reflètent pas nécessairement celles du gouvernement australien.

KEYWORDS: exports diversification Aid for Trade

CREDITS: Header image - ©EIF