Available in:
Septembre 21, 2021

Les entreprises dirigées par des femmes reçoivent un coup de pouce au Rwanda et en Zambie

De petites entreprises bénéficient d'un soutien pour accéder aux financements dont elles ont tant besoin.

Les trois lauréates d'un récent concours destiné aux jeunes entreprises détenues par des femmes au Rwanda vendent des produits à base d'avocat, des confitures et des jus. Leurs entreprises se sont efforcées de survivre à la pandémie et ont maintenant reçu un petit coup de pouce financier de 3 millions (2 980 dollars EU), 2 millions et 1 million de francs rwandais, respectivement.

Organisés pour mettre en valeur les entreprises du pays dirigées par des femmes et conformes à l'initiative "Made in Rwanda", les prix "Women Connect" servent également à attirer l'attention sur les défis auxquels les femmes sont confrontées dans la croissance de leurs petites entreprises, notamment l'initiation aux notions financières et l'accès aux prêts bancaires.

"Ce dont elles ont le plus besoin, c'est de savoir comment améliorer leur entreprise et comment elles peuvent concevoir leurs propres plans financiers", a déclaré Nadine Rutabayiro, responsable des services bancaires pour les femmes chez Access Bank au Rwanda, qui a accueilli la cérémonie de remise des prix.

"Parfois, les défis auxquels sont confrontées les entrepreneuses commencent dès la phase de conceptualisation de l'entreprise. Elles doivent comprendre si l'activité dans laquelle elles se lancent sera rentable et quelles stratégies seront déployées pour garantir la rentabilité", a-t-elle déclaré.

Access Bank a collaboré avec l'initiative SheTrades du Centre du commerce international (ITC) pour aider les entrepreneuses à mettre en place des plans financiers et la banque dispose d'une division chargée spécialement de proposer des prêts aux petites entreprises dirigées par des femmes.

En Zambie, l'initiative SheTrades effectue un travail similaire avec un groupe de 200 femmes depuis un an et demi. Elles ont aidé des stylistes en herbe à participer à des foires commerciales internationales et ont organisé des cours sur la gestion de la chaîne d'approvisionnement et le commerce électronique. Le résultat a été une véritable aubaine pour les entreprises, les femmes faisant état de nouveaux contrats et de nouvelles transactions s'élevant à 3,46 millions de dollars EU, selon SheTrades, et d'exportations vers 12 nouveaux marchés internationaux, dont la Belgique, la Chine et l'Australie.

Malgré des avancées positives, le financement reste un problème majeur pour les femmes en Zambie, a déclaré Albert Halwampa, Directeur du développement des exportations à l'Agence de développement de la Zambie, qui travaille avec SheTrades dans le pays.

"Nous travaillons avec des entreprises dirigées par des femmes qui ont le potentiel d'être reliées aux marchés régionaux et internationaux. Certaines d'entre elles ont déjà accès à des prêts, mais le problème est que les taux d'intérêt sont élevés, de l'ordre de 30 à 35%", a-t-il déclaré.

"La plupart d'entre elles ne veulent pas emprunter à de tels taux car elles pourraient finir par perdre leur entreprise. Mais si elles avaient accès à un financement adéquat, elles pourraient réaliser des gains rapides", a-t-il ajouté.

Obtenir des fonds, sous forme de soutien au développement ou de prêts directs aux entreprises, n'est pas facile. SheTrades travaille avec une foule de partenaires, dont les ministères du commerce du Rwanda et de la Zambie, des organisations et des partenariats internationaux comme le Cadre intégré renforcé (CIR) et des institutions financières locales comme Access Bank au Rwanda et Prospero en Zambie. L'un des objectifs du soutien de SheTrades est d'inciter d'autres donateurs et le secteur privé à se joindre à ceux qui appuient les petites entreprises prometteuses du monde en développement.

Cette approche donne des résultats, comme le démontrent les trois prix en espèces ciblés d'Access Bank et les contributions en nature qui ont permis d'obtenir le savoir-faire nécessaire pour les formations, ainsi que de nouvelles ressources provenant du secteur privé. L'initiative SheTrades en Zambie s'est engagée avec des partenaires du secteur privé en tant que facilitateurs, investisseurs et partenaires du marché pour maximiser la durabilité et la portée du projet.

Il s'agissait notamment d'une collaboration avec les experts de DHL, qui a permis de tirer parti de leurs connaissances techniques, de leurs solutions logistiques et de leurs liens avec le marché. Le projet a également collaboré avec la Stanbic Bank Zambia pour obtenir une salle de réunion comme contribution en nature pour organiser des ateliers et des événements.

SheTrades en Zambie a également reçu le soutien du gouvernement qui a hébergé le projet et ses activités à l'Agence de développement de la Zambie en tant qu'aide en nature. Le coordonnateur national de l'ITC dispose de son bureau personnel dans les locaux de l'Agence.

Pour tout propriétaire d'entreprise, une relation bancaire est nécessaire pour se développer, surtout si l'on veut commencer à commercer au-delà des frontières.

"Notre principal objectif est de rendre les femmes autonomes grâce à un soutien financier. Au Rwanda, les PME détenues par des femmes ne se développent pas vraiment au même rythme que celles détenues par des hommes en raison d'une série de problèmes, notamment des lacunes en matière de connaissances", a déclaré Mme Rutabayiro.

"Un autre défi consiste à trouver des garanties auprès des banques, ce qui les amène à opter pour des microcrédits qui leur coûtent très cher. Cela crée des retards dans la croissance des entreprises, car les dépenses sont souvent beaucoup plus élevées que le revenu gagné", a-t-elle déclaré.

Pour les banques, de tels prêts peuvent être risqués, c'est pourquoi les garanties du gouvernement ou d'autres acteurs sont d'une grande aide. Access Bank propose un prêt spécial W Power pour les entreprises en phase de démarrage jusqu'à trois ans, offrant entre 1 million (990 dollars EU) et 50 millions de francs rwandais, destiné à renforcer les jeunes entreprises ayant besoin de liquidités.

En Zambie, ils sont à l'affût de nouveaux moyens de promouvoir les petites entreprises et de les aider à se développer.

"Au bout du compte, on s'aperçoit qu'elles n'ont pas assez de capital à injecter dans l'entreprise et qu'elles ne peuvent pas se développer. Elles finissent donc par se contenter d'opérer dans leurs petites entités parce qu'il n'y a pas de canal dédié de financement solide pour leur permettre de se développer", a déclaré M. Halwampa.

"Nous continuerons à mobiliser des fonds auprès de nos partenaires car nous n'en avons pas assez pour les activités nécessaires telles que la promotion des exportations, le développement des marchés, la facilitation du commerce. Ce type de soutien a un impact énorme en termes de renforcement des capacités et nous continuerons à promouvoir les femmes dans le commerce et nous espérons pouvoir aider davantage de femmes à vendre leurs produits à l'étranger", a-t-il déclaré.

Avertissement

Les vues et opinions exprimées sur la plate forme Nouvelles du commerce pour le développement sont celles des auteurs et ne reflètent pas nécessairement celles du CIR.