Donner une dimension mondiale aux entreprises locales dirigées par des femmes

Les débats organisés à l'occasion de la Journée internationale des femmes mettent en lumière les besoins de l'entrepreneuriat et des marchés, et les perspectives d'avenir

Les images défilent, montrant des femmes au travail dans le monde entier – dans les champs et les bureaux, sur des bateaux et dans les rues, chez elles et à l'étranger.

Ce film, produit par le Centre du commerce international (ITC) dans le cadre de son initiative SheTrades, présente parallèlement deux sœurs pêcheuses en Alaska et une coopérative du Ghana dirigée par des femmes qui cultivent des fleurs, tout en distillant des messages sur le potentiel des femmes.

 Les histoires présentées ne sont que deux exemples de petites entreprises qui ont acquis une dimension mondiale – les femmes qui témoignent ont expédié leurs prises de saumons en Chine, et leurs fleurs aux Pays‑Bas.

ITC executive director Arancha Gonzalez speaking at the International Women's Day event. Photo by ITC/Flickr

La Directrice exécutive de l'ITC, Arancha Gonzalez, a dit avant la projection: "Les progrès d'aujourd'hui sont les projets d'hier". SheTrades poursuit le projet ambitieux de connecter un million de femmes au marché d'ici à 2020.

Pour y parvenir, il faudra opérer de nombreux changements sur lesquels la discussion qui a suivi la projection du film est revenue en détail; des femmes représentant divers secteurs ont par ailleurs décrit leur expérience de l'entreprise et des marchés.

Sefa Gohoho dirige la coopérative ghanéenne présentée dans le film; elle a dit que sa propre autonomisation et celle des femmes qui travaillent avec elle passaient par la mise en valeur de la culture locale et de l'expérience historique. Elle a précisé que sa première tentative pour rémunérer ses employées avec un véritable salaire avait été rejetée au motif que ces femmes ne pouvaient pas gagner plus d'argent que leur mari.

Sefa Gohoho speaking at the International Women's Day event. Photo by ITC/Flickr

Dans ses remarques liminaires, Mme Gonzalez a dit: "Au niveau familial, les femmes autonomes sur le plan économique investissent la majeure partie de leur revenu dans l'éducation et le bien‑être de leur famille. Au niveau de l'entreprise, l'implication accrue des femmes au travail génère davantage de recettes. Au niveau macroéconomique, la suppression des inégalités entre les sexes entraîne une hausse à deux chiffres du PIB."

Pour les femmes qui vivent dans les pays les plus pauvres du monde, les différences de revenus sont criantes, tout comme en ce qui concerne l'accès à l'éducation et au travail, ce que beaucoup ont souligné pendant la discussion de la soirée. Le Cadre intégré renforcé collabore avec l'ITC et la Conférence des Nations Unies sur le commerce et le développement (CNUCED) pour favoriser l'autonomisation économique des femmes dans les pays les moins avancés, y compris dans le cadre de projets ciblés qui relient les femmes aux marchés dans le secteur agricole. 

En prélude à cette activité, la Secrétaire générale adjointe de la CNUCED, Isabelle Durant, a évoqué à la fois la vie des femmes en particulier et leur rôle en général, soulignant que les pays en développement retiraient des avantages en intégrant mieux les femmes dans l'économie, au‑delà de leurs combats et de leurs efforts quotidiens. "Les femmes peuvent être des actrices importantes dans le commerce international au service du développement," a‑t‑elle dit.

UNCTAD deputy secretary general Isabelle Durant speaking at the International Women's Day event. Photo by ITC/Flickr

Pour les négociantes à petite échelle dans le monde entier, les progrès réalisés sur le terrain sur fond de conditions locales favorables, des changements d'attitude plus marqués et l'amélioration des politiques générales sont autant de facteurs nécessaires pour que les entreprises dirigées par des femmes soient créées et prospèrent

Ainsi, le court métrage de l'ITC présente deux récits d'expériences réussies qui illustrent les obstacles à surmonter et montrent ce que chacun peut accomplir.

"Il est difficile d'être ce que vous ne pouvez pas voir", a dit Michael Moller, Directeur général de l'Office des Nations Unies à Genève, ajoutant que le film donnait un exemple de la façon dont nous devions tous travailler pour dénoncer et changer les attitudes, et pour déconstruire les clichés par l'exemple.

Mme Gonzalez a conclu son intervention sur une référence tirée de la science-fiction, selon laquelle la victoire peut sembler lointaine mais offrir malgré tout des possibilités; cette tâche "nous conduit avec audace là où aucun homme n'est jamais allé", a‑t‑elle souligné à cet égard. 

Pour les femmes des pays en développement comme pour celles des pays développés, le fait que certaines aient déjà réussi est à la fois un signe de progrès et de motivation.