Décembre 15, 2020

Renforcer la production de la filière du karité au Togo

Partenariat public‑privé pour augmenter les recettes issues du karité

La filière du karité au Togo: la croissance se poursuit, mais un coup de pouce pourrait être bienvenu.

Selon une étude réalisée en 2017 par LMC International pour la Global Shea Alliance (GSA), le Togo est le septième plus grand producteur de karité, représentant 5% du marché d'exportation de karité de l'Afrique de l'Ouest. Chaque année, cette filière produit entre 20 000 et 25 000 tonnes d'amandes au Togo. Cependant, des parties prenantes estiment que la production pourrait être considérablement augmentée.

Une de ces parties prenantes est NIOTO (Nouvelle industrie des oléagineux du Togo), une entreprise privée du secteur agro‑industriel établie à Lomé et qui produit du beurre à partir d'amandes de karité. NIOTO a conclu un partenariat avec l'ONG locale AGIR (Action et Gestion des Insuffisances et Initiatives Rurale), qui met l'accent sur le développement durable dans le cadre de la mise en œuvre d'activités spécifiques en lien avec le karité dans diverses régions pertinentes du Togo. Dans le cadre de ce partenariat, 5 entrepôts seront construits et les connaissances commerciales de 4 000 femmes seront renforcées; l'espoir étant que ces femmes soient ensuite capables de produire et de vendre 5 000 tonnes d'amandes de karité par an.

Les femmes qui procèdent à la récolte et à la transformation dans la chaîne de valeur du karité dans des pays comme le Togo, le Bénin, le Burkina Faso et le Mali sont au centre de l'attention en raison du rôle essentiel qu'elles jouent dans la production de karité.

Etienne Kombate, Directeur commercial et logistique chez NIOTO a dit: "Les femmes jouent un rôle majeur dans ce secteur et sont considérées comme le principal point d'ancrage de la chaîne d'approvisionnement du karité. Elles prennent part à toutes les étapes, de la récolte à vente, en passant par la transformation des amandes."

Pour des entités du secteur privé comme NIOTO, le nouveau partenariat, établi par l'intermédiaire de l'initiative PRADCIFK financée par le Cadre intégré renforcé, supprime des niveaux de complexité dans la chaîne d'approvisionnement concernée, renforçant la traçabilité et la transparence, car une chaîne d'approvisionnement plus directe et impliquant moins d'intermédiaires est créée.

La Global Shea Alliance joue un rôle moteur dans l'établissement de partenariats public‑privé (PPP) comme celui entre NIOTO et AGIR, qui sont essentiels pour soutenir la croissance durable dans la filière du karité. Ce type d'interventions offre la possibilité de contribuer à l'organisation stratégique d'un commerce plus inclusif et durable des amandes de karité étant donné que les femmes qui procèdent à la récolte sont formées et regroupées en coopératives et sont capables de rassembler de plus grands volumes, ainsi que de garantir et de gérer des contrats avec NIOTO. La relation commerciale établie devrait accroître de 30% les revenus des femmes dans les deux prochaines années.

Le nouveau partenariat aura pour but de renforcer les capacités en matière d'entrepreneuriat et de développement d'entreprise parallèlement à l'établissement d'infrastructure essentielle comme des entrepôts de stockage – deux éléments nécessaires pour donner un coup de pouce au secteur.

Tekentou Tchepan, responsable de projet pour les activités du Cadre intégré renforcé au Togo a déclaré: "NIOTO fait partie d'un réseau d'entreprises de transformation comprenant plusieurs entreprises privées qui se sont réellement engagées à travailler main dans la main avec des partenaires de secteurs autres que le secteur privé pour élaborer des solutions innovantes afin de répondre aux difficultés rencontrées dans le secteur du karité au Togo. Nous sommes convaincus que nous sommes déjà sur la bonne voie pour y parvenir grâce à ce projet."

Bien que le karité ait été reconnu comme culture fondamentale pour la diversification des exportations, le secteur n'a pas encore atteint cet objectif de diversification en raison de limitations en matière de transformation et de commercialisation du karité à grande échelle. 

M. Kombate a dit: "Ce partenariat permettra à des entreprises privées comme NIOTO d'obtenir plus de matière première et de meilleure qualité. Les ONG ont la capacité de mobiliser les femmes sur des questions spécifiques afin de renforcer les capacités en matière de récolte et de contrôle de la qualité dans la transformation des amandes."

Les entrepôts fournis par le partenariat NIOTO‑AGIR aux femmes qui récoltent le karité garantiront un stockage sûr et une transformation efficace des amandes de karité. Les femmes pourront ainsi obtenir un meilleur prix pour leurs amandes, accroissant par conséquent la valeur du produit. Cela facilitera également les liens commerciaux entre ces vendeurs locaux et les marchés internationaux et améliorera les ventes et les recettes – autant de raisons pour lesquelles les PPP restent essentiels pour le développement du secteur du karité.

Mamatou Djaffo, représentante d'un groupe de femmes du Comité exécutif de la GSA estime que la démarche contribuera à la croissance de la filière du karité, non seulement au Togo, mais aussi dans d'autres pays d'Afrique de l'Ouest.

"Cette collaboration avec NIOTO et AGIR est reproduite avec le CIR dans les quatre pays cibles que sont le Togo, le Bénin, le Burkina Faso et le Mali. Elle témoigne de toute l'importance que nous accordons à ces partenariats qui sont des investissement fondamentaux dans le secteur du karité et rappelle l'engagement des parties prenantes en faveur de la vision consistant à rendre cette filière plus durable"
- Mamatou Djaffo

Mots-clés
shea women
Avertissement

Les vues et opinions exprimées sur la plate forme Nouvelles du commerce pour le développement sont celles des auteurs et ne reflètent pas nécessairement celles du CIR.