Août 24, 2020

"Les règles en tant que données" – la réponse du XXIe siècle à la facilitation des échanges?

  • Suite à la numérisation des documents commerciaux, la numérisation du commerce implique une utilisation fonctionnelle des données pour améliorer le potentiel d'automatisation des processus transfrontières.

  • En adoptant une approche centrée sur l'homme de la conception des politiques conformément aux normes sémantiques mondiales, les règles commerciales sous une forme "axée sur les données" peuvent remédier aux inégalités dans l'accès à l'information et les modes de conformité. Ces réformes facilitent également la mise en place et la gestion par les gouvernements de solutions numériques pour la facilitation des échanges, y compris les systèmes douaniers nationaux.

  • De nouveaux réseaux commerciaux sont actuellement possibles. L'extension de l'Internet, un système universel de création, de publication et de distribution de règles exécutables, pourrait permettre aux entreprises de toutes tailles d'utiliser les données pour mieux participer au commerce international.ew trade networks are presently feasible.

Imaginez que vous possédez une petite entreprise de fabrication en Colombie. Bien que votre produit se vende bien sur le marché intérieur, vous avez des commandes à l'exportation en provenance de toute l'Amérique du Sud, d'Europe et d'Asie. Mais, même l'exécution de commandes en provenance du Brésil voisin fait intervenir de nombreuses règles et taux et se heurte à la barrière de la langue. Vous avez également pris conscience récemment de la possibilité d'importer des composants clés auprès de fournisseurs internationaux. Les pièces importées pourraient permettre de réduire les coûts totaux, mais elles compliqueront les processus d'achat et le respect des règles d'origine lors de l'exportation des produits finaux. Comment pourriez-vous mener ces transactions transfrontières de la manière la plus efficace pour votre entreprise ?

Le commerce est complexe, chronophage et coûteux, car les entreprises doivent connaître et respecter des règles relevant de différents accords internationaux et systèmes juridiques. On estime qu'une transaction douanière moyenne fait intervenir 30 parties, 40 documents et 200 éléments de données qui forment une "chaîne d'approvisionnement en données" tout au long de la chaîne de valeur d'un produit. Pour les micro, petites et moyennes entreprises (MPME), s'approvisionner ou vendre sur les marchés internationaux peut être décourageant et sembler irréalisable. Les défis sont encore amplifiés lorsque les petites entreprises sont situées dans des pays en développement et des pays les moins avancés (PMA).

Article connexe

L'Organisation mondiale du commerce (OMC) a montré que les flux de données facilitent le partage d'informations entre les entités de la chaîne logistique commerciale et réduisent les coûts de coordination du transport des marchandises, de la conception à la consommation en passant par la production. L'amélioration de l'accès aux données réduit les asymétries d'information et diminue les coûts de transaction. Confrontées à des coûts d'exploitation élevés et à des obstacles aux marchés internationaux, les petites entreprises des PMA sont celles qui ont le plus à gagner d'une meilleure utilisation des données pour la facilitation des échanges.

Les formes numériques des règles, exprimées grâce à des méthodes de programmation tabulaire, peuvent permettre d'atteindre les objectifs de la facilitation des échanges: simplifier, moderniser et harmoniser les processus d'importation et d'exportation. Alors que l'introduction de normes qui facilitent l'échange cohérent de données entre les systèmes et les juridictions se généralise, un "Internet des règles" pourrait permettre l'automatisation des politiques avec séparation du contrôle des données, du réseau et de l'application. En période de crise mondiale et régionale, la réactivité de la politique commerciale est essentielle à la survie des petites entreprises.

Concevoir des solutions de facilitation des échanges "centrées sur l'homme": Comment cela fonctionne-t-il?

Par le passé, la réforme de la facilitation des échanges n'a pas tenu compte des réalités liées à la taille des entreprises, et les petites entreprises sont devenues de plus en plus dépendantes de l'accès à l'information via Internet. D'autres recherches de la CNUCED indiquent que ce sont les petites entreprises qui tirent le plus grand profit des "infrastructures douces" pour la gestion transfrontières par le biais des technologies de l'information et de la communication (TIC). Compte tenu de ce paradigme, de nouvelles collaborations se mettent en place entre gouvernements, juristes, universitaires, entreprises, "hackers éthiques", communautés technologiques, chambres de commerce, organisations internationales et organismes de normalisation, afin d'exprimer les réglementations sous forme numérique de manière à ce que chacun puisse en automatiser l'application.

Sur les réseaux existants, les "règles en tant que données" peuvent être publiées par des autorités ou des entités privées et utilisées par les points de vente, les transports/ports, les systèmes de guichet unique nationaux et d'autres plates-formes. En fin de compte, la connectivité qui en résulte aide les entités à lever les obstacles administratifs et les freins au commerce liés à l'expertise. Les ensembles de règles exprimés, échangés et appliqués de cette manière conduisent à la matérialisation d'un Internet des règles permettant l'accès universel aux règles/données pertinentes pour toutes les transactions.

Pour les importateurs, les exportateurs et les intermédiaires, la conformité avec les règles des différents codes de marchandises et juridictions se fonde désormais sur des données commerciales agnostiques. En exprimant des règles informatisées et en les publiant en ligne, les éléments de données requis trouvés dans les documents commerciaux et les résultats des calculs (basés sur les règles) peuvent être retransmis aux autorités avec le consentement des acheteurs et des vendeurs. Cela aiderait les gens à satisfaire aux prescriptions disparates en matière de conformité dans un environnement papier et basé sur des "documents numériques"/sans papier, tout en permettant des paiements contrôlés et vérifiables.

Article connexe

Un Internet des règles transparent et prévisible modernisera l'expérience d'accès à l'information et de participation au commerce international. Les entreprises et les consommateurs pourront déterminer rapidement le coût total des marchandises, y compris les droits de douane et les taxes. Les gouvernements pourraient générer des revenus en temps réel et les problèmes de transport et de performance pourraient être diagnostiqués avec plus de précision. Il est également simple de créer une règle sous cette forme – un algorithme: il s'agit de construire des "tables de contrôle" parallèlement aux versions texte nouvelles et/ou existantes des politiques.

Les avantages pour le commerce des marchandises sont évidents au vu de la classification établie par Ptashkina et Cuiriak des modes de commerce numériques impliquant des intermédiaires (par exemple les marchés en ligne). Ces transactions transfrontières se déroulent dans des contextes "réels" où la détermination intermédiaire des règles (par exemple l'utilisation des préférences tarifaires) est importante pour les acheteurs comme pour les vendeurs. Dans les domaines physiques et numériques en constante imbrication du système commercial mondial, le respect des règles serait démystifié, tandis que le commerce purement numérique pourrait être réglementé. Les règles commerciales sous cette forme permettent une "harmonisation" fonctionnelle et ces améliorations reflètent les aspirations de la facilitation des échanges.

Institutions, technologie et normes internationales: Qui sont les parties prenantes?

La mise en œuvre de la réforme de la facilitation des échanges implique à la fois le secteur public et le secteur privé. Les parties prenantes publiques comprennent les agences gouvernementales, les fonctionnaires, les auteurs de textes législatifs et les décideurs politiques. Les parties prenantes privées sont les commerçants, les fournisseurs de services/transports, les banques, les compagnies d'assurance, les groupes de consommateurs et les membres de la société civile.

L'amélioration de la connectivité pour le transport international et la livraison des marchandises exige de s'attaquer aux contraintes existantes et émergentes de l'interface entre les marchés. En fournissant un cadre unique pour les partenariats visant à mettre en œuvre l'accord de l'OMC sur la facilitation des échanges, les comités nationaux de facilitation des échanges (CNFE) permettent la consultation entre les entreprises et les gouvernements et la coopération douanière public-nationale/internationale. Tous les pays ont la capacité de mettre en place des solutions centrées sur l'homme pour la facilitation des échanges, mais le développement d'un Internet des règles du commerce devra être intégré aux initiatives politiques. Pour surmonter les obstacles à la coordination, les NTFC peuvent inclure une approche des règles sous forme de données directement dans les feuilles de route nationales pour mettre en œuvre les réformes.

Concrètement, la numérisation s'appuie fortement sur les normes pour rendre les données plus utiles et permettre l'interopérabilité. Les entreprises du monde entier commencent à obtenir des identificateurs d'entité légale, l'Organisation mondiale des douanes (OMD) a spécifié un modèle de données transfrontières, et des organes de l'ONU (par exemple CNUDCI, CEFACT-ONU et UNNExT) ont créé des cadres juridico-technologiques essentiels. Les lois types de la CNUDCI ont été rédigées conjointement par de nombreux pays qui s'efforcent de parvenir à un modèle juridique commun universel d'économie numérique. Ces normes et structures juridiques ont amélioré l'échange transfrontières de données et le déploiement de systèmes de guichets uniques dans les pays du monde entier.

Source: UN/CEFACT

 

De plus, en utilisant le réseau Peppol (Pan European Public Procurement On-line) (Peppol), de nombreux pays d'Europe ont adopté le langage d'affaires universel (UBL) (ISO/IEC 19845:2015) pour la facturation transfrontières électronique des gouvernements clients. Grâce à un "modèle 4 coins" permettant aux acheteurs et fournisseurs d'utiliser des points d'accès différents, l'approche Peppol s'est étendue au-delà de l'Europe pour englober l'Australie, la Nouvelle-Zélande et Singapour. Le modèle permet l'interopérabilité dans de nombreux contextes: juridique, organisationnel, sémantique et technique. En Amérique du Nord, la US Federal Reserve Bank de Minneapolis facilite la spécification du réseau fondé sur le modèle 4 coins de la Business Payments Coalition (BPC) en vue de son application aux États-Unis, au Canada et au Mexique.

Le langage d'affaires universel (UBL), dirigé par OASIS, représente une bibliothèque commune gratuite de documents commerciaux électroniques normalisés pour la numérisation des processus commerciaux/logistiques dans les chaînes d'approvisionnement nationales et internationales. En tant que "lingua franca", le format commun UBL permet à diverses entités d'échanger des informations tout au long des chaînes d'approvisionnement. La version actuelle du langage comprend 89 types de documents différents, dont un grand nombre pour les marchés publics et le transport, y compris pour les douanes et les carnets.

Passer à l'action: repenser la notion de "réseaux commerciaux"

Nous pouvons aller plus loin pour tirer pleinement profit de la transformation numérique du commerce. Compte tenu de l'architecture Internet existante, un système universel de création, de publication et de distribution de règles exécutables permet une automatisation à grande échelle. Le développement d'un Internet de règles est particulièrement intéressant pour les entreprises qui offrent des services d'automatisation des données, de mise en conformité commerciale et de logistique mondiale ou pour alimenter le développement interne de plates-formes de guichet unique par les gouvernements nationaux.

La capacité de "chaînage avant", c'est-à-dire le fait de relier des règles qui renvoient à d'autres ensembles de règles publiés, permet l'incorporation par référence et signifie que les efforts des contributeurs de tous les pays peuvent se renforcer mutuellement. Le dialogue entre les NTFC et les organismes de normalisation, par le biais d'une participation structurée à des groupes communautaires ou de travail ou à des événements tels que les hackathons, peut rapidement élargir le corpus de règles publiées en ligne.

Les nouveaux accords plurilatéraux pour l'économie numérique et les grandes décisions juridiques sur les transferts internationaux de données, telles que l'arrêt rendu par la Cour de justice de l'Union européenne dans l'affaire "Schrems II", illustrent le fait que les règles transfrontalières sur les données deviendront à la fois un problème et une opportunité pour le commerce. C'est pourquoi le passage à un commerce sans papier exige que tous les experts concernés collaborent plus étroitement.

La coopération sera nécessaire pour mettre en place un marché basé sur l'Internet accessible à tous. En travaillant ensemble, les sphères technologique et politique peuvent nous diriger vers un avenir où les entreprises, indépendamment de leur taille ou de leur localisation, pourront participer au commerce international. Comme aux premiers jours du World Wide Web, la construction d'un Internet des règles exigera des contributions diverses.

Avertissement

Les vues et opinions exprimées sur la plate forme Nouvelles du commerce pour le développement sont celles des auteurs et ne reflètent pas nécessairement celles du CIR.