Available in:
Janvier 25, 2022

En quoi le financement du commerce est important pour libérer le potentiel commercial des PMA

Un cours de formation destiné aux responsables du commerce dans les PMA a permis d'améliorer leur compréhension du financement du commerce, leur donnant ainsi les outils nécessaires pour accroître l'accès des entreprises de leur pays à ce mécanisme financier.

Le financement du commerce est essentiel pour faciliter les échanges. L'OMC estime qu'entre 80 et 90% du commerce mondial dépend du financement du commerce sous forme de crédit commercial ou d'assurance. Un meilleur accès au financement du commerce dans les pays les moins avancés (PMA) pourrait permettre aux entreprises de disposer des outils financiers nécessaires pour participer au commerce national, régional ou mondial. Le financement du commerce réduit non seulement les risques associés au commerce pour les entreprises, mais améliore également leur trésorerie, leur permettant ainsi d'accéder à de nouveaux marchés. Selon des recherches du Forum économique mondial (FEM), le manque d'accès au financement du commerce est l'un des principaux obstacles internes à la capacité commerciale d'un pays, avec le transport et la logistique. En l'absence de financement du commerce, de nombreuses petites entreprises ne peuvent pas commercer et être compétitives.

Même avant la pandémie, il existait un écart important entre la demande et l'offre de mécanismes de financement du commerce au niveau mondial, en particulier dans les PMA. Selon une étude récente de la Banque asiatique de développement, la crise liées à la COVID-19 a fait passer le déficit de financement du commerce mondial à 1 700 milliards d'USD en 2021, contre 1 500 milliards en 2018. Cette augmentation du déficit de financement du commerce a touché de manière disproportionnée les pays les plus pauvres du monde, et les petites entreprises ont été particulièrement pénalisées par l'accès limité au financement du commerce. Pour améliorer l'accès des PMA au financement du commerce et favoriser une reprise durable après la pandémie, il est vital pour les décideurs et les responsables gouvernementaux d'investir dans le renforcement des connaissances sur le sujet.

En 2020, le Cadre intégré renforcé (CIR) a établi un partenariat avec la Société internationale islamique de financement du commerce et l'Académie de la Chambre de commerce internationale et lancé un cours de formation sur le financement du commerce à l'intention des fonctionnaires des PMA. L'initiative a permis de renforcer les connaissances et les réseaux en matière de financement du commerce de dix participants issus de huit PMA grâce à un cours structuré. Pendant 12 mois, les participants ont acquis des compétences pour fournir et appliquer des solutions de financement du commerce, tout en approfondissant leur connaissance du financement de la chaîne d'approvisionnement, de la répartition des risques et du commerce transfrontières.

Trois participants expliquent pourquoi il est important pour eux de mieux comprendre le financement du commerce et comment ils vont mettre en pratique leurs nouvelles compétences.

Renforcer les capacités d'exportation des petites entreprises en Éthiopie

Au cours des dernières décennies, l'Éthiopie a connu une croissance économique rapide et une expansion considérable de ses flux commerciaux. Une composante importante de cette croissance est la promotion du développement des exportations et la nécessité d'accroître l'accès des entreprises éthiopiennes au système commercial international. Cette expansion économique s'est accompagnée d'une forte demande de financement du commerce de la part des entreprises, avec une capacité limitée à répondre à cette demande. 

M. Endris Negus est un expert en suivi et en évaluation au Ministère du commerce et de l'industrie de l'Éthiopie. Avant de commencer le cours, M. Negus était conscient que le manque de financement du commerce en Éthiopie restait un problème majeur, tant pour les nouvelles entreprises que pour les entreprises existantes qui cherchaient à se développer.

M. Negus affirme que, jusqu'à présent, le Ministère du commerce et de l'industrie mettait l'accent sur un ensemble limité de produits financiers traditionnels. Le cours de formation lui a permis de découvrir une multitude de mécanismes de financement alternatifs qui pourraient être utiles pour soutenir la croissance des entreprises éthiopiennes. Les modules sur le financement de la chaîne d'approvisionnement et la banque islamique ont été des éléments particulièrement précieux du cours, qui ont un rapport direct avec ses fonctions. À l'issue du cours, M. Negus a identifié des possibilités d'intégration d'éléments de financement du commerce dans les futurs projets de renforcement des capacités commerciales en Éthiopie.

Renforcer la coopération public-privé en matière de financement du commerce au Rwanda

Le rôle du secteur public est essentiel pour combler les lacunes sur le marché du financement du commerce. Au Rwanda, le soutien qu'il apporte aux entreprises est relativement faible par rapport à la taille du marché. Le secteur privé joue un rôle central dans le développement des mécanismes de financement du commerce, mais le secteur public doit assumer une partie des risques encourus.

M. Frank Abaho Gakwaya travaille comme responsable de la stratégie et de la mobilisation des ressources à la Banque de développement du Rwanda. Grâce à la nouvelle expertise qu'il a acquise pendant le cours, M. Gakwaya élabore une stratégie de financement du commerce pour la banque. Il a déjà contacté des partenaires des secteurs public et privé rwandais partageant les mêmes idées pour aider la Banque à élaborer des produits de financement du commerce.

La collaboration intersectorielle et les partenariats public-privé, tels que le cofinancement, sont des éléments importants pour accroître la participation du secteur public au financement du commerce. Le rôle du secteur public dans le développement du financement du commerce pourrait consister à produire des données, notamment des statistiques sur les défaillances et les pertes par pays, qui aideraient le secteur privé à mieux comprendre les risques encourus et à identifier les meilleures opportunités en matière de financement du commerce.

Rendre les banques plus accessibles en Zambie

En Zambie, les micro, petites et moyennes entreprises (MPME) contribuent largement à la croissance économique du pays. Cependant, bon nombre de ces MPME doivent avoir accès aux services bancaires et aux financements pour accéder à de nouveaux marchés et développer leurs activités. L'accès à ces services financiers est un défi majeur pour les entreprises zambiennes.

Dans son rôle de responsable du suivi et de l'évaluation au Ministère du commerce et de l'industrie de la Zambie, Mme Kasonde Sampa a reconnu une possibilité d'accroître l'accès au financement et aux exportations pour les commerçants de son pays.

Mme Sampa va réaliser une enquête auprès des banques commerciales de Zambie afin de déterminer les solutions qui s'offrent aux commerçants et la manière dont ces derniers peuvent accéder aux services proposés. Elle a déjà identifié 5 des 18 banques du pays qui ont une présence internationale et peuvent faciliter le commerce transfrontières. Au-delà de l'enquête, Mme Sampa s'efforcera de favoriser le dialogue sur les questions de financement du commerce entre le Département du commerce extérieur et le Département du commerce intérieur. Les deux organismes travaillent déjà en étroite collaboration sur les questions de facilitation des échanges et de gestion des frontières, et Mme Sampa pense qu'il serait possible de s'appuyer sur cette coopération pour promouvoir l'accès au financement du commerce en Zambie.

L'amélioration des connaissances des fonctionnaires des PMA sur les moyens de faciliter les échanges commerciaux – notamment par le biais du financement du commerce – est un élément important pour contribuer à améliorer l'accès des PMA aux marchés mondiaux. Des mécanismes de financement du commerce plus facilement disponibles n'aideront pas seulement les exportateurs individuels et les petites entreprises, mais contribueront également à augmenter la part des PMA dans le commerce mondial et à améliorer les moyens de subsistance.

Pour en savoir plus sur l'Initiative de financement du commerce, écoutez le récent épisode du podcast Trade Insider de l'Académie de la CCI, avec les commentaires de la Directrice générale adjointe du CIR, Annette Ssemuwemba, et du participant, Endris Negus.

Avertissement

Les vues et opinions exprimées sur la plate forme Nouvelles du commerce pour le développement sont celles des auteurs et ne reflètent pas nécessairement celles du CIR.