Avril 07, 2020

COVID-19: Les restrictions commerciales constituent la pire réponse possible pour garantir la sécurité alimentaire

** Originally published by the International Food Policy Research Institute (IFPRI) on 27 March 2020 **

Alors que COVID-19 se propage dans le monde entier, les craintes d'une profonde récession mondiale augmentent. Certains craignent également que l'approvisionnement alimentaire ne commence à manquer, surtout si les chaînes d'approvisionnement sont perturbées. D'autres craignent que la production agricole ne soit perturbée par des mesures de confinement qui empêchent les travailleurs de récolter et de manipuler les cultures. 

Bien que nous devons prendre ces préoccupations au sérieux, en particulier pour les fruits et légumes, dont les chaînes d'approvisionnement sont complexes, et les aliments vendus principalement dans les restaurants, elles ne devraient pas non plus être surestimées, en particulier pas pour les aliments de base tels que le riz, le blé et le maïs. Les marchés mondiaux sont bien approvisionnés, les stocks sont sains, la production de produits alimentaires de base ne devrait pas être perturbée et les prix restent relativement stables. Le commerce permet à la production de passer des zones excédentaires aux zones de pénurie, évitant les pénuries drastiques et l'insécurité alimentaire associées à la dépendance à l’égard de la seule production locale.

Mais l'accès des pauvres à la nourriture sera sérieusement menacé en raison de la perte de revenus due aux confinements et à d'autres restrictions. Ces problèmes devraient être traités par des mesures qui contribuent à maintenir l'accès à la nourriture, plutôt que par des politiques telles que les interdictions d'exportation qui peuvent menacer cet accès.

La crise des prix des denrées alimentaires de 2007-2008 montre cependant que les préoccupations politiques concernant la disponibilité des denrées alimentaires peuvent facilement se transformer en une grave crise des prix. À l'époque, certains pays ont réagi en imposant des restrictions à l'exportation, ce qui a fait grimper les prix des denrées de base sur le marché mondial, ce qui a conduit d'autres exportateurs de céréales à limiter également leurs exportations afin de protéger leurs consommateurs des hausses initiales des prix des denrées alimentaires. Les pays importateurs de produits alimentaires confrontaient à la hausse du coût des denrées alimentaires, ont à leur tour, abaissé t les droits de douane sur les produits alimentaires, afin de soutenir la demande interieure. En conséquence, au lieu de contenir les hausses de prix, ces réponses politiques n'ont fait qu'augmenter les prix du marché mondial. Dans le cas du riz, ces réponses politiques ont contribué à près de la moitié de la flambée des prix mondiaux en 2007-2008.

Malheureusement, une fois de plus, plusieurs pays envisagent des restrictions à l'exportation. Voir notre tracker en ligne. Le Kazakhstan, par exemple, a déjà suspendu jusqu'au 15 avril les exportations de plusieurs produits céréaliers, ainsi que des oléagineux et des légumes. . Le Viet Nam n'accorde plus de certificats d'exportation de riz jusqu'à la fin du mois de mars tandis que le pays examine ses stocks nationaux. Ces restrictions, même temporaires, semblent totalement inutiles. Les deux pays produisent bien plus qu'ils ne consomment et disposent de stocks importants. Une interdiction d'exporter par deux exportateurs clés limiterait l'offre mondiale et ferait certainement monter les prix mondiaux des aliments de base si d'autres pays leur emboîtent le pas.

Comment comparer la situation actuelle à celle de 2007-2008? Verrons-nous se répéter les mêmes erreurs politiques?

Quelques faits clés

Premièrement, les stocks d'aliments de base ne manquent pas. Le ratio stocks / utilisation est un indicateur essentiel de la vulnérabilité des marchés alimentaires mondiaux aux chocs.

 

he stock-to-use ratio is a critical indicator

FIGURE 1: IFPRI. Source: USDA-PSD data, authors’ computation.

 

Si l’on exclut la Chine, les ratios stock-utilisation mondiaux actuels sont proches de leur «valeur normale» (le niveau médian des deux dernières décennies) et nettement supérieurs à ceux de 2008 (voir figure 1), lorsque les marchés étaient tendus. La suffisance des stocks explique en grande partie la stabilité relative des prix sur les marchés des denrées de base. La situation sous-jacente est meilleure que ne le suggèrent ces statistiques lorsqu’on considère également les stocks chinois de riz et de blé, qui sont suffisants pour 10 à 13 mois pour la consommation intérieure.

Les récoltes devraient être bonnes. Le département de l’agriculture des Etats-Unis (USDA) prévoit une augmentation de la production mondiale de blé de 5%, tandis que la production de riz devrait rester à peu près la même qu'en 2019. Il est peu probable que la production de ces produits de base soit perturbée par la crise du COVID-19 - du moins dans les principaux pays producteurs - car une grande partie est mécanisée, nécessitant relativement peu de main-d'œuvre, et se déroule dans des zones avec des populations rurales dispersées et déjà socialement éloignées. De même, il y a une faible probabilité de perturbation du transport international et de la distribution de ces denrées de base, qui sont des produits en vrac sec, qui peuvent être chargés, expédiés et déchargés avec une interaction interhumaine minimale.

Les exportations mondiales sont fortement concentrées. La Russie, l'Union européenne, les États-Unis, le Canada et l'Ukraine, ensemble, devraient représenter 75% de toutes les exportations de blé en 2019-2020. Il est donc très important de savoir ce que font les gouvernements de ces pays. Jusqu'à présent, seul le Kazakhstan, qui détient 3% des exportations mondiales de blé, a annoncé des restrictions à l'exportation. Cependant, la Russie envisage également d'interdire les exportations de blé. Le marché du riz est également concentré, avec 75% des exportations provenant des cinq plus grands exportateurs et dont près d'un quart de la seule Inde. La part de marché mondiale du Viet Nam est de 16% et, comme indiqué ci-dessus, celui-ci a suspendu de nouvelles licences d'exportation. Le rapport stock/utilisation du riz en Inde cependant, atteint un sommet historique de 34% et les perspectives pour la récolte 2020 sont bonnes, de sorte qu'il ne devrait avoir aucune raison d'envisager des restrictions à l'exportation, bien que certaines inquiétudes aient été exprimées quant aux difficultés de déplacement de produits sur le marché intérieur.

Qu'est-ce qui devrait être fait?

Les perspectives actuelles des marchés des denrées alimentaires sont bien meilleures qu'elles ne l'étaient lors de la flambée des prix de 2007-2008. Par conséquent, imposer des restrictions commerciales aujourd'hui serait encore plus erroné qu'en 2008. En revanche, de telles politiques pourraient devenir problématique si le Viet Nam et le Kazakhstan maintenaient des barrières et que d'autres pays suivent leurs traces. S'ils le font, cela pourrait déclencher une flambée des prix des denrées alimentaires et un comportement spéculatif sur les marchés des produits agricoles. Les pauvres du monde seraient ceux qui en supporteraient les conséquences.

Au lieu de cela, les canaux commerciaux devraient être maintenus ouverts afin que les marchés internationaux puissent jouer un rôle déterminant pour éviter les pénuries alimentaires et atténuer l'inévitable ralentissement économique mondial.

Les principaux exportateurs et importateurs d'aliments de base devraient s’engager à ne pas 'imposer des barrières commerciales en réponse à la pandémie de COVID-19. Au contraire, comme nous l'avons écrit dans un précédent article de blog, l'accent devrait être mis sur les mesures qui aideront à conjurer une récession mondiale et à minimiser de cette façon une nouvelle augmentation de l'insécurité alimentaire. Pour cela, les gouvernements devront prendre des mesures de relance budgétaire, y compris des ressources pour contenir la propagation de la maladie et garantir la disponibilité de soins de santé adéquats, ainsi qu'une protection sociale supplémentaire pour indemniser les travailleurs et les familles touchés par le virus et par les mesures de confinement.

 

----------- 

Joseph Glauber, David Laborde, and Will Martin are Senior Research Fellows in IFPRI's Markets, Trade and Institutions Division. Rob Vos is Director of the Markets, Trade and Institutions Dision. The analysis and opinions expressed in this piece are solely those of the authors.

Crédits

Header image of potatoes being sorted in Bhutan - ©Simon Hess/EIF

Avertissement

Les vues et opinions exprimées sur la plate forme Nouvelles du commerce pour le développement sont celles des auteurs et ne reflètent pas nécessairement celles du CIR.