Trois défis commerciaux pour la transformation des pays les moins avancés et l'éradication de la pauvreté

  • L'environnement commercial actuel n'est pas suffisamment propice au renforcement de la croissance, à l'augmentation des revenus, à la création d'emplois grâce à de nouvelles possibilités d'accès aux marchés et à la réduction de la pauvreté.

  • Pour permettre la transformation des pays les moins avancés, une contribution de tous les pays est nécessaire afin de gérer les tensions commerciales d'une manière qui permette d'améliorer le fonctionnement du système commercial mondial; des efforts délibérés doivent être fournis pour intégrer la prochaine génération de pays en développement dans le commerce mondial; et tous les groupes et toutes les populations doivent pouvoir bénéficier des gains potentiels.

Le Bangladesh se prépare à sortir de la catégorie des pays les moins avancés (PMA). La forte croissance économique de plus de 6‑7% enregistrée sur plusieurs années a permis à cette nation de l'Asie du Sud de réduire considérablement l'extrême pauvreté, qui est passée de 44,2% en 1991 à 13,9% en 2017. En parallèle, l'espérance de vie, le taux d'alphabétisation et la production alimentaire par habitant ont fortement augmenté. Grâce à une croissance rapide, le Bangladesh a acquis le statut de pays à revenu intermédiaire de la tranche inférieure en 2015; il aspire maintenant à devenir un pays à revenu intermédiaire de la tranche supérieure d'ici à son 50ème anniversaire, en 2021.

Le commerce est au cœur de cette réussite. Les exportations de textiles et de vêtements favorisent l'intégration dans l'économie mondiale et de nouveaux produits font désormais partie du panier d'exportations du pays. Le Bangladesh pourra‑t‑il continuer de s'appuyer sur le commerce pour renforcer sa croissance? Ces conditions se maintiendront‑elles pour permettre à d'autres PMA de lui emboîter le pas?

 

Pour lire l'article complet, consultez la page OECD Development Matters, accessible ici.

 

----------

This post was commissioned for the EIF policy series on aid for trade in the lead up to the 2019 Global Review and was published in partnership with OECD Development Matters.

----------

* Anabel González is Nonresident Senior Fellow at the Peterson Institute for International Economics; Former Costa Rica Minister of Trade, World Bank Senior Director for Trade & Competitiveness, and World Trade Organization Director for Agriculture.

--------

Cette série a été financée par le gouvernement australien par l'intermédiaire du Département des affaires étrangères et du commerce. Les opinions exprimées dans cette publication sont celles des auteurs et ne reflètent pas nécessairement celles du gouvernement australien.

 

 

 

CREDITS: Header image - ©EIF