Avril 13, 2021

Comment les entreprises ouest africaines du secteur de la noix de cajou résistent à la crise liée à la COVID-19

by / in Nouvelles

Publié sur le blog de l'OCDE le 4 mars 2021. 

La saison de la commercialisation de la noix de cajou en Afrique de l'Ouest a lieu généralement en avril, une période animée où les commerçants vendent des sacs de noix brutes récemment récoltées à des acheteurs, venus pour la plupart du Viet Nam ou d'Inde. L'année 2020 n'était cependant pas une année comme les autres. Les mesures de confinement imposées face à la COVID‑19 ont entraîné la fermeture des frontières internationales, empêchant les principaux acheteurs de se rendre en Afrique de l'Ouest, et des marchés nationaux, menant à des affrontements violents entre la police et les commerçants. Il va sans dire que ces fermetures ont eu une incidence désastreuse sur les moyens de subsistance de nombreux agriculteurs, producteurs et commerçants du secteur de la noix de cajou en Afrique de l'Ouest. Les petites entreprises ont vu leurs revenus chuter ou étaient au bord de la faillite. Au lieu d'offrir leur soutien, les banques et institutions locales finançant les producteurs de noix de cajou ouest‑africains ont drastiquement réduit les prêts pendant la pandémie.

L'agriculture est une activité risquée même lorsque les circonstances sont favorables – les bons prix sont tributaires des rendements, qui sont eux‑mêmes tributaires des conditions météorologiques. Si les cultures spécialisées telles que la noix de cajou peuvent générer de hauts rendements, le risque de perte de capital est tout aussi élevé; ainsi, de nombreuses banques montrent une certaine réticence à fournir aux petites entreprises ouest‑africaines du secteur le capital qui leur permettrait de prospérer. Les entreprises de ce secteur qui ont résisté à la tempête économique engendrée par la COVID‑19 ont quelque chose en commun: un soutien à long terme de la part d'investisseurs d'impact qui non seulement fournissent du capital et une assistance technique, mais qui ont également une connaissance approfondie des défis que rencontre le secteur agricole.

"Si les cultures spécialisées telles que la noix de cajou peuvent générer de hauts rendements, le risque de perte de capital est tout aussi élevé; ainsi, de nombreuses banques montrent une certaine réticence à fournir aux petites entreprises le capital nécessaire."
- #DevMatters

Prenons par exemple le Burkina Faso et le Togo, deux pays faisant partie des pays les moins avancés (PMA). Des entreprises telles qu'Anatrans et Cajou Espoir ont pu avoir accès à un financement à long terme par émission d'actions et par emprunt auprès d'un certain nombre d'investisseurs d'impact pendant la COVID‑19. Cela leur a permis d'acheter le matériel d'usine nécessaire pour respecter la réglementation relative à la distanciation sociale, et ainsi de maintenir leurs activités. Cela signifiait également qu'elles avaient à disposition des liquidités leur permettant de garder leurs employés et de continuer à payer les agriculteurs d'avance malgré les retards et les annulations de commandes. Elles étaient en outre à même d'investir dans la formation des agriculteurs, maintenant ainsi des relations solides avec les coopératives agricoles. Lorsque la demande du marché a repris, elles ont pu s'approvisionner rapidement en noix de cajou brutes auprès des agriculteurs avec qui elles collaboraient.

Les relations telles que celles qu'ont développées Anatrans et Cajou Espoir avec les coopératives agricoles ne se sont pas faites en un jour. Ces entreprises ont investi pendant des années dans la formation des agriculteurs, les certifications environnementales et sociales, les principes de commerce équitable et l'emploi des femmes, car ces questions font partie des critères utilisés par les investisseurs d'impact pour évaluer les résultats des entreprises. La pandémie a aussi mis au jour la fragilité de la chaîne d'approvisionnement du secteur de la noix de cajou, de plus en plus mondialisée; près de 90% des noix de cajou brutes produites en Afrique de l'Ouest sont exportées vers le Viet Nam et l'Inde, où elles sont transformées, emballées, puis vendues sur les marchés de l'Union européenne et des États‑Unis.

Renforcer les capacités de l'Afrique de l'Ouest de façon à ce que la transformation et le conditionnement des noix de cajou puissent être réalisés au niveau local permettrait non seulement d'augmenter les revenus locaux, mais aussi d'accroître la résilience du secteur à la volatilité du marché, d'améliorer la traçabilité des produits et de réduire l'empreinte carbone des produits. Il s'agit de qualités que les détaillants et les consommateurs européens et américains recherchent de plus en plus dans leurs produits. Cependant, sans soutien financier, trop d'entreprises ouest‑africaines du secteur de la noix de cajou auront du mal à maintenir leurs activités, et a fortiori à innover.

Afin d'encourager davantage l'investissement privé dans le secteur de la noix de cajou en Afrique de l'Ouest, les gouvernements pourraient investir des aides financières de manière stratégique afin de lancer des projets, même si cela signifie accepter des risques plus grands ou des rendements moins élevés. Cette approche novatrice, connue sous le nom de financement mixte, permet de rendre un projet plus attrayant pour les investisseurs privés qui cherchent des rendements financiers plus élevés avec des risques plus faibles.

"La pandémie a mis au jour la fragilité de la chaîne d'approvisionnement du secteur de la noix de cajou, de plus en plus mondialisée; près de 90% des noix de cajou brutes produites en Afrique de l'Ouest sont exportées vers le Viet Nam et l'Inde, où elles sont transformées, emballées, puis vendues sur les marchés de l'Union européenne et des États Unis."
- #DevMatters

Par exemple, l'Agri‑Business Capital Fund, un mécanisme de financement mixte axé sur le soutien aux petites et moyennes entreprises agricoles, a été tellement impressionné par les résultats obtenus par Anatrans, qui avait produit des effets sociaux et environnementaux positifs tout en générant du profit, qu'il a décidé de fournir à cette entreprise un financement supplémentaire pendant la pandémie. Cela a permis à Anatrans d'aider les agriculteurs à obtenir des certifications en produits biologiques et en commerce équitable et des prix plus élevés pour leurs produits. L'entreprise a aussi réussi à renouveler les lignes de crédit auprès d'autres investisseurs d'impact pendant cette période.

Le marché de l'investissement d'impact étant actuellement estimé à 715 milliards d'USD, d'importantes ressources sont à disposition. Les gouvernements des PMA d'Afrique de l'Ouest ont un rôle crucial à jouer afin d'instaurer un climat local propice à l'investissement en vue d'attirer l'investissement d'impact. Le temps est venu pour les gouvernements de promouvoir les noix de cajou produites et transformées en Afrique de l'Ouest afin qu'aucun agriculteur, producteur ou commerçant ouest‑africain ne soit laissé pour compte.

About the author

Par Violeta Gonzalez, Responsable des partenariats, des communications et de la mobilisation des ressources au Cadre intégré renforcé (CIR)

Crédits

Publié sur le blog de l'OCDE le 4 mars 2021. 

 

Avertissement

Les vues et opinions exprimées sur la plate forme Nouvelles du commerce pour le développement sont celles des auteurs et ne reflètent pas nécessairement celles du CIR.