Février 11, 2021

Récit d'expérience: Une entrepreneuse gambienne favorise l'autonomisation des femmes grâce à la production de coton biologique

 

Article publié par le Centre du commerce international le 3 février 2021

 

Elsie's Women Empowerment Farm est la première exploitation agricole détenue par une femme produisant du coton biologique en Gambie, et comme son nom l'indique, l'autonomisation économique des femmes est au cœur du projet. La fondatrice, Elsie A. Williams, œuvre aussi en tant que membre de l'Association gambienne des jeunes agricultrices pour promouvoir le rôle des femmes dans le secteur agricole.

"Mon idée est de redynamiser la production de coton en Gambie, pour créer des emplois", explique Elsie. "Je me suis dit qu'il fallait prendre l'initiative puis mobiliser d'autres femmes, car je ne peux pas y arriver toute seule."

La Gambie a une riche histoire de production de coton, et dans les années 1970 et 1980 c'était une culture commerciale essentielle pour le pays. Cependant, pour des raisons liées à la situation politique, la production et les exportations ont fortement baissé au cours des décennies suivantes.

Elsie a observé de nouvelles tendances sur le marché, et en particulier une demande croissante pour le coton biologique. C'est ce qui l'a poussée à créer en 2019 son exploitation, Elsie's Women Empowerment Farm.

"Nous n'utilisons pas de produits chimiques nocifs, et nous obtenons de bons prix à l'exportation. Il faut continuer de développer les produits biologiques dans le monde entier."

Grâce à une bourse du programme SheTrades du Centre du commerce international, financé par le Fonds de l'OPEP pour le développement international et le Cadre intégré renforcé, Elsie a pu acheter des terrains, des semences et du matériel pour créer son entreprise. Elle a aussi suivi plusieurs formations, allant de la tenue de registres à l'emballage en passant par la photographie de produits.

"Le soutien de SheTrades a été déterminant. Nous avons pu acheter des machines pour désherber et ensemencer, de manière à accroître l'efficacité de notre production. Et la formation sur la tenue de registres m'a permis d'avoir une vue d'ensemble des coûts et frais divers – maintenant je sais exactement comment se répartissent nos dépenses."

Établie sur cinq hectares, l'exploitation emploie aujourd'hui une trentaine de personnes, dont la plupart sont des femmes. Beaucoup d'entreprises en Gambie ont été fortement touchées par la crise liée à la COVID‑19, mais la ferme d'Elsie a résisté, et a continué de fonctionner normalement. Pour la prochaine saison, Elsie prévoit d'exporter plus d'une tonne de coton tout en continuant à faire le nécessaire pour obtenir sa certification biologique.

Dans les années à venir, cette gestionnaire enthousiaste aimerait contribuer à redynamiser la filière, à la fois en exportant du coton brut et en développant une chaîne de valeur à l'échelle régionale.

À long terme, Elsie envisage la fabrication locale de tissus et de vêtements, mais pour l'heure elle se concentre sur la production d'huile de coton, avec des objectifs réalistes et une forte valeur ajoutée.

"Beaucoup de gens ne le savent pas, mais l'huile de coton est un remède efficace contre la nausée, la fièvre, les maux de tête, la diarrhée, la dysenterie, les douleurs et les saignements."

Le projet est de vendre cette huile aux multiples bienfaits directement aux consommateurs locaux mais aussi à l'étranger. Pour ce faire, Elsie compte mettre à profit tout ce qu'elle a appris en matière d'emballage et de photographie grâce à SheTrades, et elle ne manque pas d'idées!

 

Crédits

Article publié par le Centre du commerce international le 3 février 2021

Pour en savoir plus sur Elsie A. Williams et son exploitation, vous pouvez consulter son site Web: https://ewecottonfarm.com/.

Pour contacter SheTrades, merci d'utiliser l'adresse suivante: womenandtrade@intracen.org.

Avertissement

Les vues et opinions exprimées sur la plate forme Nouvelles du commerce pour le développement sont celles des auteurs et ne reflètent pas nécessairement celles du CIR.