Juillet 14, 2020

Les chaînes d'approvisionnement en produits médicaux liés à la COVID-19 dans les PMA du Commonwealth: état des lieux

  • Bien que les PMA représentent 13,3% de la population mondiale, leur part des importations médicales liées à la COVID-19 n'est que de 1%.

  • Les PMA du Commonwealth s'approvisionnent pour environ la moitié de leurs fournitures médicales auprès d'autres membres du Commonwealth; et ces pays comptent pour environ un tiers des fournitures médicales liées à la COVID-19 expédiées vers les 33 autres PMA non membres du Commonwealth.

  • L'augmentation de la production mondialisée et une approche coordonnée pour une distribution équitable de ces fournitures pourraient aider les PMA à atténuer les effets de la pandémie actuelle et des futures épidémies.

La pandémie de COVID-19 a mis les pays les moins avancés (PMA) dans une situation extrêmement précaire compte tenu de leur capacité limitée à faire face aux crises sanitaires, économiques et humanitaires actuelles. Malgré l'augmentation des taux de contamination, les PMA n'ont pas encore atteint le pic de la pandémie. Au 25 juin 2020, plus de 240 000 cas de contamination et environ 4 500 décès ont été signalés dans les 47 PMA du monde. Les 14 PMA qui sont membres du Commonwealth, et qui comptent près d'un tiers de la population totale des PMA[1], concentrent près de la moitié de ces cas, et une proportion similaire de décès, ce qui les rend particulièrement vulnérables face à cette pandémie.

Cependant, les PMA sont confrontés à un triple problème face à la COVID-19. Premièrement, ils disposent de systèmes de santé fragiles et dotés de ressources insuffisantes, avec un nombre limité de professionnels de santé. Deuxièmement, ils sont des importateurs nets des fournitures et équipements médicaux liés à la COVID-19 nécessaires pour traiter les personnes infectées, alors même que certains grands producteurs limitent ces exportations. Troisièmement, de nombreux PMA sont lourdement endettés, et la baisse des prix des produits de base et des envois de fonds signifie qu'ils ont du mal à financer les importations de produits médicaux à un moment où les prix sont en hausse.

La demande mondiale étant supérieure à l'offre, les PMA sont en queue de peloton pour l'achat des fournitures médicales essentielles.

Commerce et situation sanitaire

La majorité des PMA dépendent du commerce international et de chaînes d'approvisionnement fiables pour soutenir une politique de santé efficace. La part des importations liées à la santé dans le total des importations de marchandises varie considérablement d'un PMA à l'autre (voir figure 1).[2]Trois pays se distinguent en matière d'exportations: le Népal (près de trois fois plus que les importations), le Cambodge et le Bangladesh.

 

Figure 1: Part des produits médicaux liés à la COVID-19 dans le commerce de marchandises des PMA (%)

Source: Secrétariat du Commonwealth (calculs fondés sur la base de données WITS)

 

En 2018, les importations mondiales de produits médicaux liés à la COVID-19 s'élevaient à 695 milliards d'USD. Sur ce total, seuls 7 milliards d'USD – i  soit environ 1% - étaient destinés aux PMA. Ce chiffre est nettement inférieur à leur part dans les importations mondiales de marchandises (1,45%) ainsi qu'à leur part dans la population mondiale (13,3%) (figure 2).

 

Figure 2: Part des PMA dans le commerce mondial de fournitures médicales

Source: Secrétariat du Commonwealth (calculs fondés sur la base de données WITS et les Indicateurs du développement dans le monde)

 

La production et l'exportation de produits liés à la COVID-19 sont très concentrées: 5 pays représentent la moitié des exportations mondiales, et les 10 premiers pays en représentent environ 75% (voir tableau 1). La Chine est le plus grand producteur d'équipements de protection individuelle (EPI), tandis que l'UE et les États-Unis sont en tête pour la fabrication de matériel clinique. Les sources d'approvisionnement en fournitures médicales des PMA du Commonwealth sont encore plus concentrées, l'Inde, la Chine, l'Afrique du Sud, l'Allemagne et la Thaïlande représentant les deux tiers de l'ensemble des approvisionnements. Certains de ces fournisseurs (Inde, Afrique du Sud), également affectés par l'impact de la COVID-19, limitent les exportations spécifiques de produits médicaux, comme les EPI.

 

Tableau 1: Les 10 principales sources d'approvisionnement des PMA en fournitures médicales liées à la COVID-19 (millions d'USD)

Source: Secrétariat du Commonwealth (calculs fondés sur la base de données WITS)

 

Les PMA du Commonwealth importent toute une série de produits liés à la santé (voir la figure 3). Les principaux produits importés en 2018 sont les désinfectants, le savon, les consommables médicaux et le matériel d'oxygénothérapie (par exemple les respirateurs, qui peuvent coûter jusqu'à 50 000 USD et sont assez rares dans les PMA). Malgré une certaine capacité de fabrication, le Bangladesh a importé comparativement plus d'EPI que les autres PMA, en raison de sa population plus importante et des besoins en soins de santé correspondants. Par contre, les PMA africains n'ont pas beaucoup importé de dispositifs médicaux, d'équipements d'oxygénothérapie et de kits de test COVID-19, ce qui a pu affecter leur état de préparation à la lutte contre la pandémie.

 

Figure 3: Composition des importations liées à la santé dans les PMA du Commonwealth

Source: Secrétariat du Commonwealth (calculs fondés sur la base de données WITS)

Note: L'analyse utilise les produits identifiés dans la liste de l'OMD des fournitures médicales - version 2.1

 

Les PMA du Commonwealth ont diverses sources d'approvisionnement médical et dépendent moins de l'UE et des États-Unis que d'autres pays en développement du Commonwealth. La plupart des PMA couvrent quelque 10 à 25% de leurs besoins en faisant appel à un seul fournisseur, à l'exception du Lesotho et du Malawi, qui se fournissent à hauteur de 65% auprès de l'Afrique du Sud et de 57% auprès de l'Inde, respectivement. Le Lesotho dépend pour plus de 80% de l'Afrique du Sud voisine pour les EPI et les équipements d'oxygénothérapie.

Le commerce intra-Commonwealth est important, les PMA membres s'approvisionnant pour environ la moitié de leurs importations liées à la COVID-19 dans les pays du Commonwealth (voir tableau 2).Pour les PMA africains, l'Inde et l'Afrique du Sud sont les principaux fournisseurs.L'Afrique du Sud est le principal fournisseur d'EPI, tandis que l'UE vend des kits de test et des respirateurs.Le Bangladesh, le seul PMA du Commonwealth en Asie, fait appel au niveau régional à la Chine et à l'Inde pour ses approvisionnements.Compte tenu de leur petite taille et de leur géographie, les PMA du Pacifique dépendent de l'Australie pour l'approvisionnement en tous les produits liés à la COVID-19, en particulier les respirateurs (86%).L'Inde et la Nouvelle-Zélande figurent également parmi les principaux exportateurs à destination des PMA du Pacifique.

 

Tableau 2: Importance relative du commerce intra-Commonwealth pour les approvisionnements médicaux liés à la COVID

Source: Secrétariat du Commonwealth (calculs fondés sur la base de données WITS)

 

Recommandations

Il serait illusoire de s'attendre à ce que les PMA développent une autosuffisance en matière d'approvisionnement médical. À l'exception du Bangladesh, qui produit certains EPI, la plupart des PMA ne disposent pas d'installations de fabrication de base. De même, il ne faut pas compter sur des mesures budgétaires importantes pour renforcer les soins de santé, ni sur des solutions passant par un transport aérien coûteux des fournitures (en particulier pour les PMA enclavés) et une reconversion industrielle, car elles ne constituent pas des options viables pour la plupart des PMA. Il vaudrait mieux une approche coordonnée à l'échelle mondiale qui permettrait de garantir que les PMA sont correctement préparés pour atténuer les effets des vagues de contamination actuelles et futures. L'augmentation de la production mondialisée peut contribuer à répondre à la flambée de la demande. Un accès équitable aux technologies de santé liées à la COVID-19 grâce à la mise en commun des connaissances, de la propriété intellectuelle et des données, comme le prévoit l'Appel à la solidarité lancé par l'OMS, ainsi que la mobilisation des fabricants pour qu'ils travaillent ensemble, dans le cadre par exemple du Partenariat Tech Access de la Banque de technologie des Nations Unies pour les PMA, sont les meilleures politiques pour aider les PMA à traverser cette crise.

Deuxièmement, il est impératif de maintenir la continuité du commerce des fournitures médicales - et de s'abstenir d'interdire les exportations - comme l'a demandé le groupe des PMA à l'OMC. La décision d'imposer des restrictions temporaires pourrait être conforme aux règles de l'OMC, mais comme les principaux producteurs maîtrisent le virus et assouplissent leurs mesures de confinement, l'excédent de fournitures médicales peut être redirigé vers les PMA.

Troisièmement, la communauté internationale devrait redoubler d'efforts pour aider à renforcer les systèmes de soins de santé dans les PMA conformément à l'ODD 3. Les dépenses de santé dans les PMA sont très faibles, en particulier au Bangladesh, qui est le PMA le plus peuplé (voir la figure 4).

 

Figure 4: Dépenses de santé dans les PMA (% du PIB)

Source: Secrétariat du Commonwealth (calculs fondés sur la base de données WITS) 

-------------------------------

[1] Les 47 PMA ont une population totale de 1,1 milliard d'habitants, dont 350 millions vivent dans les 14 PMA du Commonwealth (voir le tableau 2 pour la liste des PMA du Commonwealth)

[2] La part des PMA dans les exportations liées à la santé est relativement négligeable, à moins de 0,25%, et bien inférieure à leur part dans les exportations mondiales de marchandises (environ 1%).

Crédits

Header image of South Africa's President receiving a consignment of Personal Protective Equipment (PPE) and other medical supplies - ©GCIS/South African Government via Flickr Creative Commons Attribution-NoDerivs 2.0 Generic (CC BY-ND 2.0) license.

Avertissement

Les vues et opinions exprimées sur la plate forme Nouvelles du commerce pour le développement sont celles des auteurs et ne reflètent pas nécessairement celles du CIR.