Available in:
Novembre 01, 2022

En Gambie, la pêche durable une bouée de sauvetage pour l'économie

En théorie, le poisson ne représente qu'une petite partie de l'économie de la Gambie. Dans ce petit pays d'Afrique de l'Ouest entouré de tous côtés par le Sénégal, à l'exception d'une côte atlantique de 80 kilomètres, le secteur de la pêche ne représente qu'environ 2 % du produit intérieur brut (PIB), loin derrière l'agriculture et les services. 

Dans l'assiette, cependant, le poisson représente une part importante de la sécurité alimentaire. Le Gambien moyen consomme environ 29 kilos de poisson par an, soit plus que la moyenne mondiale de 20 kilos. 

Le poisson est pêché au large du plateau continental du pays, qui s'étend sur environ 4 000 kilomètres carrés et comprend une zone économique exclusive de 200 milles nautiques, ainsi que dans le fleuve Gambie, qui traverse le pays. Des variétés comme le bonga, la sardinelle ronde et plate et d'autres petits poissons pélagiques sont consommés localement ou dans la région. 

Des variétés de plus grande valeur comme la sole, les vivaneaux, les crevettes, la seiche, le poulpe et les huîtres alimentent un segment de l'industrie de la pêche, petit mais important, orienté vers l'exportation. Les activités liées à la pêche constituent la principale source de revenus des communautés vivant près du littoral. Le secteur assure la subsistance de plus de 200 000 personnes et est particulièrement important pour les femmes qui représentent 80 % des transformateurs de poisson et la moitié des petits négociants en poisson. 

L'agriculture contribue à 30 % du PIB et emploie sept Gambiens sur dix, selon les responsables gouvernementaux. Cependant, elle reste essentiellement une activité de subsistance et la Gambie demeure un importateur net de denrées alimentaires, notamment de son aliment de base, le riz. Le secteur est également vulnérable à la sécheresse et aux effets négatifs du changement climatique. 

L'examen de la politique commerciale de la Gambie en 2018 a souligné la forte dépendance à l'égard des services, en particulier du tourisme, et la nécessité de diversifier l'économie. Une analyse de l'industrie de la pêche en Gambie qui s'est concentrée sur le commerce, la valeur ajoutée et l'inclusion sociale en mettant l'accent sur les femmes a révélé que le secteur est un point d'entrée essentiel pour la réduction de la pauvreté dans le pays. Il constitue une source de revenus et de devises étrangères et contribue à la sécurité alimentaire et aux revenus, en particulier pour les pauvres. 

Le gouvernement de la Gambie, avec le soutien de partenaires, dont le Cadre intégré renforcé (CIR) et l'Organisation des Nations unies pour l'alimentation et l'agriculture (FAO), s'est efforcé d'améliorer la productivité et les normes dans le secteur de la pêche. 

L'appui du CIR a été multiforme. Au niveau politique, il a soutenu l'intégration du commerce dans le plan de développement national et l'identification des priorités par le biais d'une étude diagnostique du secteur privé, explique Ousman Bojang, directeur chargé du commerce au ministère du commerce, de l'industrie, de l'intégration régionale et de l'emploi. 

Un comité national de facilitation du commerce est au cœur des efforts visant à évaluer le commerce électronique, à aider la Gambie à accéder aux financements liés au changement climatique et au commerce, ainsi qu'à élaborer une stratégie pour tirer parti de l'African Growth and Opportunity Act, qui offre un accès au marché américain. 

D'autres interventions ont été plus pratiques et ont visé la communauté. La pêche artisanale est responsable de 90 % de la production, et les efforts pour améliorer le secteur ont donc ciblé les petits exploitants, les transformateurs et les commerçants. 

L'un des défis à relever est le changement climatique, qui affecte les industries de la pêche en augmentant la température des océans, en accroissant l'acidification et en réduisant les niveaux d'oxygène, ce qui, ensemble, affecte la vie marine. 

Une enquête sur le secteur de la pêche en Gambie a révélé que si rien n'est fait pour contrer les effets négatifs du changement climatique, "les coquillages ne pourront pas développer leur coquille correctement ; les efflorescences d'algues nuisibles proliféreront, étouffant les pêcheries côtières ; et les populations de poissons continueront à se déplacer vers des eaux plus froides, laissant derrière elles les communautés de pêcheurs et les économies qui en dépendent depuis des siècles". 

Une intervention a ciblé la réduction de l'empreinte carbone de l'industrie de la pêche gambienne, qui s'appuie sur le fumage pour conserver les produits. 

Depuis 2017, le CIR a travaillé avec le gouvernement de la Gambie sur un projet de fumoir dans le village de pêcheurs de Tanji, sur le littoral atlantique. Le fumage du poisson permet de le conserver et a lieu dans les maisons et sur les sites de débarquement. La nouvelle installation est plus économe en énergie et, en réduisant la quantité de bois de chauffage utilisée, elle protège la couverture forestière de l'épuisement. 

"On constate une forte réduction de la quantité de bois utilisée et de la quantité de fumée produite", explique Babanding Kanyi, du département de la pêche. La réduction de l'empreinte carbone du secteur de la pêche est importante en raison des effets négatifs du changement climatique sur celui-ci. 

D'autres interventions ont visé à améliorer la chaîne de valeur du poisson. En 2016, une formation a été dispensée à 200 femmes sur la manutention après la pêche, les bonnes pratiques de gestion, ainsi que l'hygiène et l'assainissement, afin que les exportateurs de poisson puissent respecter les normes sur les marchés clés tels que l'Union européenne. 

Entre janvier 2022 et juin 2023, un projet de 75 000 dollars permettra de fournir 20 glacières isolées à des femmes commerçantes de poisson sur différents sites de débarquement. "L'isolation permet de prolonger la durée de conservation du poisson", explique M. Kanyi, "ce qui leur donne plus de temps pour le vendre soit frais, soit pour le livrer au fumoir." 

Cibler les femmes est intentionnel. En ajoutant une dimension de genre à l'aide au commerce, on s'assure que les femmes ne sont pas laissées pour compte. En Gambie, où elles jouent un rôle clé dans la transformation et le commerce, le renforcement de leurs capacités permet d'améliorer l'ensemble du secteur de la pêche. 

Le dernier examen de la politique commerciale de la Gambie a identifié des domaines prioritaires pour les investissements, notamment l'aquaculture, la pisciculture et l'élevage de crevettes, la pêche et la transformation industrielle du poisson. L'opportunité est claire : si le poisson ne représente qu'une petite partie du PIB global, le poisson et les produits de la pêche représentent plus de 15 % des recettes d'exportation de marchandises, selon le département de la pêche. 

Une grande partie du poisson pêché au large des côtes gambiennes est débarquée dans des ports étrangers. Il est transformé, emballé et étiqueté comme provenant de ces pays. Une nouvelle jetée de pêche dans la capitale, Banjul, avec des installations annexes pour la manutention et la réfrigération du poisson, permettra d'augmenter le volume de poisson débarqué dans le pays et de refléter plus précisément les chiffres de production. 

L'amélioration de la productivité du sous-secteur artisanal, qui fournit la matière première aux usines de transformation industrielles, augmentera la quantité de produits disponibles. Des normes plus élevées et l'ajout de valeur augmenteront les recettes d'exportation, l'emploi et les revenus des Gambiens, et la part du secteur de la pêche dans le PIB. En agissant de manière intelligente sur le plan climatique, cette croissance sera durable.

Mots-clés
fisheries
Crédits

Photo by Wim van 't Einde on Unsplash

Avertissement

Les vues et opinions exprimées sur la plate forme Nouvelles du commerce pour le développement sont celles des auteurs et ne reflètent pas nécessairement celles du CIR.