Available in:
Octobre 25, 2022

Adaptation aux changements climatiques: le rôle de l'Aide pour le commerce

Les 30 et 31 juillet 2022, ce sont près de 300 mm de pluie qui sont tombés sur Banjul (Gambie) et sa région. Les inondations qui sont allées de pair ont touché directement plus de 45 000 personnes. Il s'agit des pires inondations que le pays a connu au cours des 50 dernières années. Quelques semaines plus tard, la ville de Dakar dans le pays voisin a été touchée par un épisode de pluie extrême qui a causé de graves dommages aux routes et aux infrastructures.

L'Ouganda et le Soudan ont eux aussi été touchés cet été par des inondations qui ont détruit de nombreuses habitations et infrastructures. Ces inondations ont contraint des milliers de personnes à se déplacer et ont de ce fait bouleversé leur vie et leurs moyens de subsistance.

Tous ces événements montrent que les pays les moins avancés (PMA) sont en première ligne de la crise climatique et qu'ils ont beaucoup à perdre. Selon l'Institut international pour l'environnement et le développement, 69% des décès survenus dans le monde au cours des 50 dernières années en raison de catastrophes liées au climat se sont produits dans les PMA. Ces catastrophes ont également des conséquences sur les moyens de subsistance. On a constaté que le Malawi avait perdu chaque année jusqu'à 1,7% de son produit intérieur brut entre 2005 et 2010 à cause de phénomènes climatiques extrêmes.

À la COP 15, un objectif de financement de 100 milliards de dollars par an a été fixé, ce qui offre des possibilités de financement importantes pour les pays en développement. Des progrès ont été réalisés dans ce sens grâce à des fonds multilatéraux consacrés au climat, tels que le Fonds vert pour le climat, le Fonds pour l'environnement mondial et les Fonds pour les PMA et l'adaptation. Il reste néanmoins encore beaucoup à faire car l'objectif n'a pas encore été atteint. En outre, dans le cadre du financement, il existe un déséquilibre entre l'atténuation et l'adaptation, l'adaptation étant une question essentielle pour les PMA.

Par le passé, le commerce a été accusé de contribuer à la dégradation de l'environnement et d'alimenter le phénomène de changements climatiques. Il est aujourd'hui considéré comme un puissant moyen de diffuser des technologies plus respectueuses de l'environnement et de réaliser des gains d'efficacité.

Ces aspects se révèleront essentiels pour aider les PMA à atténuer correctement les effets des changements climatiques et, surtout, à s'y adapter. D'ailleurs, le commerce permet de gagner sur les deux plans, tant au niveau de l'atténuation des changements climatiques qu'au niveau de l'adaptation à ceux‑ci. C'est là que l'Aide pour le commerce entre en jeu en aidant les PMA à atteindre ces objectifs et à poursuivre leur progression vers une croissance économique durable.

Le rapport 2022 de l'OMC/OCDE Aid for Trade at a Glance (Panorama de l'Aide pour le commerce) montre comment les aspects environnementaux sont intégrés dans l'Aide pour le commerce et indique que 93% des PMA ayant participé à l'enquête ont affirmé avoir inscrit des objectifs environnementaux dans leur stratégie de développement. Il est possible, cependant, que l'Aide pour le commerce liée à l'environnement soit quelque peu surestimée car des évaluations réalisées précédemment par l'OCDE indiquent qu'une définition plus stricte des aspects environnementaux pourrait signifier en réalité que moins de 2% des projets d'Aide pour le commerce répondent à un objectif environnemental clair.

Selon le rapport de 2022, en 2020, 69% des projets de l'Aide pour le commerce qui intégraient des objectifs liés au climat étaient axés sur l'atténuation, contre 47% axés sur l'adaptation. Toutefois, les objectifs d'adaptation revêtent une importance toujours plus grande dans le cadre des engagements, avec une progression de 77% constatés en 2020.

À ce stade, les PMA et les autres pays vulnérables doivent renforcer leurs capacités en termes d'adaptation aux changements climatiques. Une note d'orientation sur l'adaptation aux changements climatiques et le commerce récemment publiée par l'OMC montre à quel point le financement de l'adaptation est important pour les pays les plus pauvres et les plus vulnérables, celui‑ci ne représentant que 36% des fonds consacrés au climat. Les cultures d'exportation traditionnelles peuvent souffrir de la fréquence accrue des inondations, des incendies de forêt ou des sécheresses, c'est pourquoi les méthodes de production peuvent être adaptées et les produits d'exportation plus résilients face aux changements climatiques multipliés.

Même s'il peut y avoir des investissements gagnant‑gagnant qui soutiennent l'atténuation des effets des changements climatiques dans le cadre d'échanges commerciaux, comme la conservation et la croissance des forêts grâce aux revenus d'exportation du karité, de la gomme arabique ou du miel, il est temps que l'Aide pour le commerce finance davantage de projets d'adaptation aux changements climatiques dans les PMA.

Cet investissement peut s'appuyer sur une série d'outils et de moyens déjà existants et disponibles pour veiller à ce que les projets commerciaux aient le potentiel d'augmenter les capacités d'adaptation dans les PMA.

Tout d'abord, il convient d'établir un lien entre les évaluations du commerce et les mesures prises en matière de politique climatique et de financement. Les évaluations sont essentielles pour déterminer les domaines dans lesquels renforcer les capacités d'adaptation au travers d'activités commerciales. Les études diagnostiques sur l'intégration du commerce (EDIC) du Cadre intégré renforcé fournissent un cadre et des données qui permettent d'orienter les politiques et les programmes. Dans le cas de l'étude diagnostique des Tuvalu, une nation qui, nous le savons tous, sera gravement touchée par les changements climatiques, plus d'un quart de l'analyse a été consacrée au climat. Les EDIC en cours d'élaboration au Soudan du Sud et en Zambie, par exemple, comprennent également des analyses approfondies des changements climatiques et de la diversification de la chaîne de valeur verte.

Il est possible de fonder les études diagnostiques sur les plans nationaux d'adaptation élaborés par les PMA pour trouver des points communs et déterminer où l'Aide pour le commerce peut s'appliquer afin d'aider les pays à atteindre certains de leurs objectifs d'adaptation.

Bien que bon nombre de nos projets liés à l'environnement soient axés sur l'atténuation des effets des changements climatiques et la protection de l'environnement, nous avons également commencé au CIR à piloter quelques projets en matière de commerce et d'adaptation.

Au Lesotho, nous travaillons avec des agriculteurs pour promouvoir la production horticole sous abri et leur permettre de mieux faire face à des climats de plus en plus erratiques. Dans le Pacifique, avec nos partenaires, nous avons aidé à la reconstruction du front de mer de Port Vila au Vanuatu après le passage du cyclone Pam. Au Timor‑Leste, les producteurs de café cartographient les risques de glissement de terrain en collaboration avec le CIR et FairTrade Australia et cherchent à adopter des pratiques plus durables en matière de gestion des sols et de l'eau.

Avec ces projets, nous n'en sommes qu'au début du renforcement des capacités d'adaptation des PMA face aux changements climatiques. À l'avenir, les liens explicites entre le commerce et les investissements en matière d'adaptation au climat et, inversement, la prise en compte du climat dans les investissements commerciaux devront être renforcés pour mieux contribuer à la résilience climatique des économies des PMA. Ces derniers ont besoin de ressources et d'outils pour faire face aux catastrophes à venir et s'adapter aux nouvelles réalités de la crise climatique, car une chose est certaine, ils seront frappés par davantage de catastrophes et de phénomènes météorologiques extrêmes. Le moins qu'un dispositif moderne d'aide pour le commerce puisse faire est d'aider les plus vulnérables à s'adapter et à se préparer à ces événements, tout en tirant parti des possibilités offertes par le commerce.

Ensemble, en investissant dans le commerce et l'adaptation, nous pouvons obtenir un résultat positif pour tous.

Avertissement

Les vues et opinions exprimées sur la plate forme Nouvelles du commerce pour le développement sont celles des auteurs et ne reflètent pas nécessairement celles du CIR.