Available in:
Mars 18, 2022

Cinq choses à savoir sur les pays les moins avancés et le commerce électronique

L'article a originalement été écrit par Deanna Ramsay en 2018 et mis à jour par Inga Chilashvili en 2022.

La pandémie de COVID-19 a stimulé l'adoption du commerce électronique et des technologies numériques tout en intensifiant les fractures numériques préexistantes et en soulignant comment les PMA doivent mieux se préparer à un monde numérique.

1. Plus de 800 millions de personnes dans les PMA ne sont pas connectées.

Il va sans dire que pour acheter et vendre des choses en ligne, les gens doivent avoir accès à l'internet. Mais cet accès est entravé dans les PMA par des facteurs allant du manque d'infrastructures à la géographie en passant par les capacités des gouvernements. L'accès à l'internet est une condition nécessaire, mais souvent pas suffisante pour se connecter. Selon un récent rapport de l'UIT, 76 % de la population des PMA est couverte par un signal mobile à large bande, mais seuls 25 % utilisent l'internet. Cela signifie que les deux tiers de la population qui pourraient utiliser l'internet ne l'utilisent pas. Connecter un plus grand nombre de personnes dans les PMA nécessite des efforts à de multiples niveaux et via de multiples secteurs. Et ce travail, qui va du financement à la logistique, de la politique à la confiance, est une tâche colossale.

2. Le commerce électronique offre une solution à certains problèmes de développement auxquels les PMA sont confrontés.

Avec plus de 1,3 milliard d'acheteurs en ligne en 2020, notre gigantesque marché mondial présente d'innombrables opportunités pour les habitants des pays les plus pauvres du monde - si la fracture digitale peut être surmontée. L'essor du commerce électronique pourrait avoir un impact considérable sur l'économie des pays et favoriser les investissements extérieurs.

L'accès à de nouveaux marchés et le potentiel de création d'emplois et de croissance du commerce pourraient augmenter les revenus des populations. Et il y a beaucoup de choses que les habitants des PMA peuvent faire en attendant une connectivité, des outils et des formations abordables. En outre, certains obstacles auxquels se heurtent les femmes, les jeunes et les petites entreprises pourraient être surmontés, ce qui permettrait d'égaliser les chances en augmentant l'inclusion et les revenus. Le commerce électronique fait partie des quelques secteurs susceptibles d'apporter une valeur ajoutée aux PMA de la région tout en les aidant à diversifier leur économie et à sortir du groupe.

3. Soutenir le commerce électronique dans les PMA nécessite une compréhension du contexte.

Pour faire progresser le commerce électronique dans les PMA, il faut comprendre les conditions propres à chaque pays et poser les bonnes questions : Existe-t-il des réseaux 4G ? Le pays est-il enclavé ou insulaire ? Les politiques gouvernementales sont-elles en place pour réglementer le commerce électronique ? Les citoyens ont-ils accès à l'éducation ? Les gens peuvent-ils s'offrir un téléphone ou un ordinateur ? La population est-elle essentiellement rurale ?

La Conférence des Nations Unies sur le commerce et le développement (CNUCED), avec le soutien financier du Cadre intégré renforcé (CIR), a mis au point l'évaluation rapide de l'état de préparation au commerce électronique des pays les moins avancés, une analyse de l'écosystème du commerce électronique qui donne un aperçu de la capacité d'un pays à s'engager dans le commerce électronique et de ce qui est nécessaire pour y parvenir. Des recommandations spécifiques sont formulées concernant les politiques, les technologies de l'information et de la communication (TIC) et la logistique commerciale.

Par exemple, l'évaluation 2020 du Malawi indique que seulement 13,8 % de la population malawite utilise l'internet. Le lancement de la 4G a eu des effets positifs, mais le caractère abordable de l'internet, la couverture et la qualité de service, ainsi que la connectivité du dernier kilomètre restent des préoccupations majeures. Certaines améliorations suggérées concernent la politique nationale du pays pour l'économie numérique et la mise en œuvre d'une stratégie de commerce électronique.

4. Le commerce électronique ne résoudra pas tous les problèmes.

Le risque existe que la digitalisation creuse les fractures existantes, en crée de nouvelles et entraîne des pertes d'emplois. C'est pourquoi il est essentiel que le soutien au commerce électronique dans les PMA se fasse dans cette optique.

Le CIR a soutenu la préparation de stratégies nationales de commerce électronique au Cambodge et au Sénégal, qui sont le résultat du processus de préparation au commerce électronique lancé par un dialogue entre les gouvernements et les partenaires de développement. Au Cambodge, le CIR soutient en outre la stratégie Go4eCam, qui contient d'importants éléments de renforcement des capacités en matière de commerce électronique.

5. Le commerce électronique est un écosystème.

La combinaison du commerce et de l'Internet constitue son propre écosystème, dont les interconnexions sont complexes et enchevêtrées de manière parfois surprenante. Développer et renforcer le commerce électronique dans les PMA signifie établir des connexions mondiales et locales, et nécessite des partenariats, une coopération et une coordination.

Les mesures de quarantaine prises pendant la pandémie ont poussé les gens à se tourner vers le commerce en ligne. Alors que jusqu'à 8 utilisateurs d'Internet sur 10 font des achats en ligne, ce chiffre est inférieur à 1 sur 10 dans de nombreux PMA. Le niveau du commerce électronique dans les PMA reste le plus bas du monde, en raison du manque de boutiques en ligne, ainsi que des contraintes liées à la demande, telles que la sensibilisation, la méfiance et les méthodes de paiement. Il est clair que l'écosystème du commerce sur Internet est déséquilibré et qu'il a encore une grande marge de progression.

Les politiques gouvernementales devant être mises à jour en fonction de ce secteur en évolution rapide, des questions telles que les mouvements transfrontaliers, la protection des données et le croisement des TIC peuvent être un défi à relever. C'est pourquoi les partenariats et le partage des connaissances sont si importants, notamment en ce qui concerne le commerce électronique. L'édition 2022 de la Semaine du commerce électronique de la CNUCED, qui a pour thème "Les données et la numérisation au service du développement", sera l'occasion de mettre l'accent sur les données et les flux transfrontaliers de données et sur le rôle crucial qu'ils jouent dans le développement économique inclusif et durable.

Voir cette histoire sous forme de vidéo ici.

Crédits

Header image by Clare Black/Flickr

Avertissement

Les vues et opinions exprimées sur la plate forme Nouvelles du commerce pour le développement sont celles des auteurs et ne reflètent pas nécessairement celles du CIR.