Les Tuvalu jettent les bases nécessaires pour le commerce électronique afin de stimuler le développement

Initialement publié par la CNUCED le 13 décembre 2019

L'évaluation menée par la CNUCED identifie les possibilités existantes et les obstacles à surmonter pour que le commerce électronique prospère dans le pays.

Les Tuvalu sont impatients de bénéficier du commerce électronique et de l'économie numérique.

Cet État insulaire est en train de mettre en place l'ossature nécessaire pour utiliser le commerce électronique en vue de dynamiser ses stratégies de développement, qui mettent l'emphase sur l'agriculture, la pêche, le tourisme et la mobilité de la main d'œuvre en tant que domaines clés pour la croissance des exportations.

L'évaluation de l'état de préparation des Tuvalu au commerce électronique de la CNUCED, lancée dans la capitale, Funafuti, le 11 décembre, établit une feuille de route pour aider le pays à mettre en œuvre un programme de développement de l'économie numérique.

"La mise en œuvre d'un programme relatif à l'économie numérique permettra aux Tuvalu de diversifier leur économie et de stimuler le développement," a affirmé Shamika N. Sirimanne, Directrice de la Division de la technologie et de la logistique de la CNUCED.

"Aux Tuvalu, le commerce électronique aidera les petites entreprises à vendre et acheter des marchandises en ligne et contribuera à autonomiser les femmes entrepreneurs," a dit Pulaalofa Haulagi, fonctionnaire principale chargée des questions commerciales dans le pays.

Possibilités et obstacles

L'évaluation de l'état de préparation des Tuvalu au commerce électronique, financée par le Cadre intégré renforcé (CIR), recommande de mettre davantage l'accent sur l'économie numérique dans le programme de développement national du pays.

"Grâce au commerce électronique, les établissements bancaires pourront mieux aider les personnes en passant des services sur support papier à des services dématérialisés," a expliqué Mme Haulagi, qui est aussi coordinatrice du CIR aux Tuvalu.

Elle a ajouté que l'éducation est essentielle pour que les personnes commencent à se renseigner sur l'économie numérique.

Par le biais de l'éducation, par exemple la formation en codage, le pays pourrait cueillir les fruits que l'économie numérique met à portée de main.

En outre, éduquer les producteurs et les consommateurs pourrait aider à renforcer la confiance dans l'utilisation des nouvelles technologies et plates formes en plus des circuits commerciaux traditionnels.

La mise en œuvre des recommandations formulées dans l'évaluation nécessitera la participation de diverses parties prenantes, y compris le gouvernement et le secteur privé. "Nous aurons aussi besoin du soutien des partenaires de développement pour contribuer à faciliter le commerce électronique," a dit Mme Haulagi.

L'évaluation souligne que certains des obstacles à la promotion du commerce électronique aux Tuvalu sont liés à son emplacement géographique et sa petite taille.

Le minuscule État des Tuvalu a une population d'un peu plus de 11 000 habitants et une superficie totale de 26 kilomètres carrés. C'est aussi l'un des pays les moins connectés au monde, avec des services Internet onéreux et limités.

Le taux de pénétration de la téléphonie mobile est de 31% tandis que le taux d'utilisation d'Internet est de 46% (comprenant les services mobiles et fixes à large bande, et la connexion wifi).

L'accès à Internet est coûteux en comparaison avec les autres économies du Pacifique et les services sont limités, en particulier en dehors de l'île principale, Funafuti.

Cette situation nuit à la communication entre les ménages, augmente le coût de l'activité commerciale et entrave la fourniture de services.

En conséquence, il n'y a pas encore de fournisseurs de services de commerce électronique.

Les prémices du commerce électronique

Bien que les Tuvalu aient commencé à examiner les potentiels avantages que le commerce électronique peut apporter à sa population, globalement, son environnement propice au commerce électronique est encore à un stade embryonnaire.

La capacité du gouvernement à définir des stratégies et à mettre en œuvre un programme de développement de l'économie numérique est limitée.

L'état de préparation opérationnelle des services postaux au commerce électronique est inégal.

Une fois qu'il sera achevé, un projet de développement des télécommunications et des TIC, financé par la Banque mondiale, devrait renforcer les capacités du pays en matière de câbles sous marins.

Ceci pourrait accroître la possibilité que les entreprises locales participent à des activités de commerce électronique et augmenter les échanges entre les îles.

Cadre juridique et réglementaire

Aux Tuvalu, il n'existe actuellement pas de cadre juridique relatif aux transactions électroniques, à la protection des données et à la protection des consommateurs en ligne.

L'établissement d'un cadre juridique favorable en matière de lois sur le commerce électronique est jugé fondamental par les parties prenantes publiques et privées mais n'a pas encore été intégré au programme de réformes du pays.

Le pays n'a élaboré qu'une seule loi relative à la cybercriminalité, mais il prévoit de mettre au point une loi sur la consommation.

Il doit prendre plus de mesures en vue de développer les compétences nécessaires pour que les consommateurs et les entreprises aient confiance dans les outils en ligne.

En outre, la coordination des politiques et le dialogue entre les différentes parties prenantes de l'écosystème du commerce électronique doivent être organisés.

Entraves au potentiel économique

Le potentiel économique des Tuvalu est entravé par l'absence de ressources naturelles, la petite taille du marché intérieur et le sous développement du secteur privé.

Le secteur privé compte environ 200 entreprises enregistrées, dispersées à travers les 9 îles du pays.

En raison de son emplacement géographique et de sa fragmentation entre les neuf îles et atolls, l'accès aux principaux marchés internationaux est difficile et coûteux et les coûts de transport entre les îles sont élevés.

L'île principale, Funafuti, est le centre économique mais le transport sur l'île est limité par sa taille.

Le nombre limité de possibilités commerciales nationales et internationales et l'absence d'une infrastructure matérielle de base ralentissent le développement économique et la prestation de services dans les huit îles extérieures.

L'État des Tuvalu dépend fortement des importations, qui se composent principalement de produits alimentaires, de combustibles, de matériaux de construction, de médicaments et d'équipement médical, ainsi que de produits de consommation, y compris les véhicules automobiles, les appareils et les vêtements.

Il a été caractérisé comme une économie fondée sur le modèle migration remittances aid bureaucracy (migration envois de fonds aides bureaucratie), dominée par les activités gouvernementales.

Les possibilités pour les entreprises privées étant limitées, le pays dépend de son secteur public en tant que principal moteur de la croissance.

KEYWORDS: Tuvalu ecommerce eTrade for All eTrade Readiness Assessment

CREDITS: Header image: ©UNCTAD