Juillet 15, 2020

Les start-ups cambodgiennes atténuent l'impact économique de la COVID-19

by UNCTAD / in Nouvelles

Article publié par la CNUCED le 22 juin 2020

L'essor du commerce électronique, en particulier pour la livraison de produits alimentaires et autres articles essentiels, accroît la résilience dans un contexte de crise.

La jeune entreprise Grocerdel est en pleine expansion: cette start-up propose la vente en ligne puis la livraison à Phnom Penh de produits agricoles frais et d'articles de production locale.

Depuis le début de la crise liée à la COVID‑19, les commandes ont augmenté de plus de 180% car de plus en plus de consommateurs se sont tournés vers les achats en ligne pour moins se déplacer et éviter la propagation du virus.

Les ventes ont augmenté de près de 165%, obligeant Grocerdel à doubler ses effectifs pour répondre à la demande, tout en veillant à protéger à la fois le personnel et la clientèle.

La Directrice générale Priyanka Chetry décrit les mesures qui ont été prises: "Nous avons fourni à nos employés des produits désinfectants et des masques, nous avons adopté des modalités de livraison sans contact (par exemple déposer les courses à l'extérieur sans entrer chez les clients), et nous avons commencé à accepter les paiements par code QR ou virement électronique".

Les start‑up comme Grocerdel contribuent à élargir le jeune secteur cambodgien du commerce électronique, et à atténuer l'impact de la pandémie sur l'économie du pays.

D'après la Banque asiatique de développement, le Cambodge devrait enregistrer cette année une croissance économique de seulement 2,3%, contre 7% au cours des deux dernières années.

Mme Chetry affirme que l'essor du commerce électronique, en particulier pour la livraison de produits alimentaires et autres articles essentiels, a accru la résilience dans le contexte de la crise actuelle.

Franchir une nouvelle étape dans l'économie numérique

Cet essor a permis au Cambodge de franchir une nouvelle étape dans l'économie numérique.

Pan Sorasak, Ministre du commerce, explique que "le secteur cambodgien du commerce électronique a fortement progressé depuis une dizaine d'années, que ce soit au niveau de l'accès à Internet, des prix abordables, ou de l'adoption de la technologie". Il estime que le développement des achats en ligne contribuera encore à renforcer le secteur.

M. Sorasak ajoute que les consommateurs sont de plus en plus exigeants pour ce qui est des réseaux sociaux, du contenu local et des services à valeur ajoutée sur smartphone.

Cependant, tout cela concerne essentiellement les grands centres urbains, et surtout la capitale. Shamika N. Sirimanne, Directrice de la Division de la technologie et de la logistique à la CNUCED, souligne ainsi que pour assurer la reprise économique après la pandémie "il faudra redoubler d'efforts afin d'encourager l'adoption du commerce électronique et des solutions numériques dans l'ensemble du pays".

"Il est donc nécessaire d'améliorer la connectivité aux TIC en milieu rural et de développer les compétences numériques dans les communautés locales".

Améliorer le climat du commerce électronique

Les autorités cambodgiennes ont pris des dispositions pour améliorer le climat du commerce électronique dans le pays, conformément aux recommandations formulées dans l'Évaluation rapide de l'état de préparation au commerce électronique effectuée par la CNUCED.

Par exemple, le gouvernement met au point actuellement avec l'aide du Cadre intégré renforcé (CIR) une stratégie pour le commerce électronique associant plusieurs ministères importants.

L'année dernière, le pays a adopté une loi sur le commerce électronique, et les décrets d'application visant à faciliter l'enregistrement des entreprises sont en cours de finalisation.

D'après le Ministère du commerce, le gouvernement a réduit de 40% le coût de l'enregistrement des entreprises pour le commerce électronique, de manière à alléger la charge administrative pour les start‑up.

Par ailleurs, le secteur privé a déployé plusieurs initiatives visant à améliorer les conditions de l'activité commerciale, parmi lesquelles la plate‑forme Ngeay Ngeay, qui facilite l'accès aux renseignements nécessaires pour enregistrer une entreprise au Cambodge.

Le pays a aussi adopté l'année dernière une loi sur la protection des consommateurs, en vue de mieux garantir les droits des acheteurs et des entreprises en ligne. Un projet de loi sur la cybercriminalité est à l'examen, mais il reste des lacunes importantes dans le cadre juridique s'agissant de la protection des données personnelles et de la vie privée.

D'après une mise à jour récente du Global Cyberlaw Tracker de la CNUCED, seulement 66% des pays du monde disposent d'une législation permettant de protéger les données personnelles et la vie privée, ce qui présente des risques importants pour de nombreux acheteurs en ligne.

Proposer des solutions numériques face à la pandémie

Au mois d'avril dernier, des start‑up cambodgiennes ont été invitées à proposer des solutions numériques aux défis posés par la COVID‑19, à l'occasion du hackathon HaKHtheCrisis organisé par Impact Hub Phnom Penh.

L'une des responsables de cet incubateur d'entreprises, Mélanie Mossard, précise que le commerce électronique est un phénomène encore récent au Cambodge. "Mais nous attendons une croissance exponentielle dans l'année à venir car les entreprises sont obligées de passer rapidement au numérique du fait de la crise mondiale".

Mme Chetry, qui a créé Grocerdel après avoir travaillé pendant des années dans le secteur des banques d'investissement, aimerait tirer encore parti de cette expansion, dans un esprit de durabilité.

"Nous essayons de supprimer autant que possible le plastique, et nos produits sont livrés dans des sacs en tissu réutilisables. Nous mettons aussi à l'honneur des fournisseurs locaux pour au moins 70% de nos promotions et ventes spéciales". Par ailleurs, les femmes représentent 70% des gestionnaires et des employés de Grocerdel.

Une autre entreprise de vente en ligne, Meal Temple, qui propose de livrer des produits alimentaires et autres provisions, a rencontré un grand succès au Cambodge avant de gagner le Laos, le Myanmar, le Bhoutan et le Népal. Et là aussi, les commandes ont explosé à la faveur de la pandémie.

D'après Maxime Rosburger, directeur de Meal Temple, "la demande a augmenté très soudainement pour ces services". "Nous faisons donc en sorte de trouver de nouveaux détaillants et d'accroître nos capacités logistiques."

Stimuler la croissance du commerce électronique

Les partenaires de développement contribuent à stimuler la croissance du commerce électronique au Cambodge.

Par exemple, le Ministère du commerce a lancé en janvier dernier un projet d'une valeur de 2,5 millions de dollars EU baptisé Go4eCam, financé par le CIR, pour le développement d'une plate‑forme gouvernementale unique consacrée aux transactions entre entreprises et aux transactions entre entreprises et consommateurs.

Le financement accordé a aussi été utilisé pour un atelier destiné aux micro, petites et moyennes entreprises, pour des prêts favorisant le lancement d'activités en ligne, et pour des activités d'assistance visant à améliorer la préparation opérationnelle au commerce électronique de la Poste cambodgienne.

Autre exemple, pour aider le pays à faire face à la COVID‑19, le PNUD Cambodge apporte un appui logistique pour les détaillants et les consommateurs en favorisant la reconversion de travailleurs et en mettant à profit les capacités inutilisées du réseau local de mototaxis (tuk-tuk) et du secteur hôtelier. 

Crédits

Header image of a woman at a Cambodian market - ©UN Women Cambodia/Charles Fox via Flickr Creative Commons Attribution-NonCommercial-NoDerivs 2.0 Generic (CC BY-NC-ND 2.0) license.

Avertissement

Les vues et opinions exprimées sur la plate forme Nouvelles du commerce pour le développement sont celles des auteurs et ne reflètent pas nécessairement celles du CIR.