Avril 21, 2020

Que font les pays les moins avancés pour faire face à la pandémie de COVID 19?

Tour d'horizon des dernières actualités sur la pandémie mondiale: les difficultés auxquelles sont confrontés certains des pays les plus pauvres de la planète – et les mesures qu'ils prennent

La plate‑forme Nouvelles du commerce pour le développement s'attache à tenir les lecteurs informés au sujet de la crise mondiale et de ses répercussions sur les habitants des pays les plus pauvres de la planète. Les nouvelles reprises ci‑dessous concernent certaines régions et pays parmi les moins avancés, et traitent de questions allant du changement climatique à l'accès à Internet, qui sont les plus pertinentes pour les populations pauvres du monde pendant cette pandémie.

Bangladesh

La demande mondiale de vêtements s'est effondrée, et le Bangladesh, deuxième producteur mondial après la Chine, en ressent les effets. CNN rapporte que des commandes de vêtements d'une valeur de 3 milliards de dollars EU ont été annulées ou suspendues, et que certaines usines se tournent vers la production d'équipements de protection individuelle (EPI) destinés à l'usage national et à l'exportation.

Malawi

Vendredi dernier, un juge de la Haute Cour a bloqué un projet du gouvernement visant à confiner le pays pendant 21 jours, rapporte Al Jazeera, les travailleurs du Malawi ayant fait valoir que cette mesure aurait un impact dramatique sur leurs revenus.

Myanmar

La COVID‑19 touche le Myanmar, même si peu de cas d'infection par le virus y ont été signalés. La frontière terrestre avec la Chine est fermée et les importations sont bloquées, et le New York Times évoque des usines fermées en raison de la réduction de la demande mondiale de marchandises telles que les vêtements, les chaussures et les sacs. The Diplomat traite des défis économiques que ce petit pays aura du mal à surmonter seul.

Népal

Le pays est en confinement depuis le 24 mars, même si peu de cas de COVID‑19 y sont été signalés à ce jour. Foreign Policy se penche sur les problèmes auxquels le pays est confronté, étant donné que son économie est fortement dépendante du tourisme et que sa capacité de dépistage de la maladie est limitée.

Somalie

Le nombre de cas d'infection au coronavirus en Somalie a connu une forte augmentation depuis la semaine dernière. Compte tenu de sa population analphabète et du conflit qui sévit dans le pays, il est difficile de communiquer et de fournir les renseignements nécessaires. Le Daily Nation du Kenya rapporte que le gouvernement a mis en réserve 5 millions de dollars EU en vue combattre le virus.

Afrique

Le Premier Ministre éthiopien a écrit dans le Financial Times que la pandémie risquait de détruire les économies vulnérables en Afrique, évoquant par ailleurs les difficultés liées aux systèmes de santé et aux mesures de distanciation sociale, en faisant valoir que la stratégie de lutte contre la COVID‑19 devait être mondiale.

Certains pays d'Afrique sont totalement dépourvus de respirateurs. Le New York Times rapporte qu'il n'y en n'a aucun dans 10 pays, que la République centrafricaine en possède 3 pour une population de 5 millions d'habitants, et que le Soudan du Sud, avec une population de 11 millions d'habitants, n'en n'a que 4. Il y a en outre des pénuries d'autres fournitures de base.

La zone de libre‑échange continentale africaine (ZLECAf) devrait entrer en vigueur en juillet, un peu plus de la moitié des pays concernés ayant ratifié l'accord. Cet article de The New Times du Rwanda examine l'impact que la COVID‑19 pourrait avoir sur le projet phare de l'Union africaine, compte tenu du ralentissement de la croissance et des menaces qui pèsent sur des millions d'emplois sur le continent.

Conflit

Aujourd'hui, 48% des populations pauvres vivent dans des pays fragiles ou touchés par des conflits. En s'appuyant sur les efforts déployés dans ces pays, l'Overseas Development Institute (ODI) propose cet article sur les enseignements tirés de ces travaux, notamment auprès de PMA comme l'Ouganda et la Sierra Leone, et sur la manière dont ces enseignements peuvent contribuer à l'élaboration de mesures de lutte contre la COVID‑19.

Commerce

Le Directeur général de l'OMC, Roberto Azevedo, écrit dans Barron's que le commerce mondial subit un fort ralentissement, mais qu'il doit faire partie de la réponse à apporter à la pandémie de COVID‑19 pour garantir la circulation transfrontières des produits médicaux et des médicaments; il exhorte en outre tous les gouvernements à être transparents en matière de politique commerciale.

Internet

À l'heure où l'on se dirige vers le tout numérique, il est important de se rappeler que tout le monde ne dispose pas d'une connectivité suffisante. Cet article de la World Wide Web Foundation souligne que seulement 54% de la population mondiale a Internet ‑ et qu'il s'agit pour la plupart de populations pauvres ‑ préconisant une action urgente pour remédier à cette situation dans le cadre de la lutte contre la COVID‑19.

Aide et dette

Ian Goldin, de l'université d'Oxford, écrit dans The Guardian que la crise liée à la COVID‑19 est la plus grande catastrophe de notre époque pour les pays en développement, car les populations pauvres risquent davantage de contracter le virus et de perdre leurs moyens de subsistance. Il recommande un plan Marshall global visant à annuler la dette des pays africains, et à faire en sorte qu'au moins 2 500 milliards de dollars EU d'aide aillent aux pays pauvres.

Crédits

Header image of returnees to Ethiopia in Addis Ababa amid COVID-19 - ©UNICEF Ethiopia/NahomTesfaye via Flickr Creative Commons Attribution-NonCommercial-NoDerivs 2.0 Generic (CC BY-NC-ND 2.0) license

Avertissement

Les vues et opinions exprimées sur la plate forme Nouvelles du commerce pour le développement sont celles des auteurs et ne reflètent pas nécessairement celles du CIR.