Février 09, 2021

Du suivi des résultats commerciaux dans les pays les moins avancés

Pour discerner les résultats dans un environnement commercial complexe, il faut apprendre et s'adapter

Le suivi, l'évaluation et l'apprentissage (SEA) sont le socle d'un programme qui est à la fois axé sur les résultats et adaptable. Lorsqu'on travaille sur le développement du commerce, des considérations et des complexités spécifiques se font jour. Si l'on ajoute à cela les contraintes de capacité que connaissent les pays les moins avancés (PMA), ce suivi doit être solide, tout en étant adapté au contexte.

Un suivi efficace permet d'orienter les travaux sur l'obtention de résultats. Dans le contexte des PMA, les compétences spécialisées et l'accès aux meilleures pratiques internationales sont souvent limités. Alors que le monde est fortement touché par la pandémie de COVID‑19, l'importance de systèmes de SEA solides dans les organismes spécialisés dans l'adaptation des programmes de développement à l'échelle internationale et au niveau national est encore plus manifeste. Les systèmes efficaces facilitent les points de contrôle en vue d'une correction de trajectoire et sont essentiels à l'apprentissage. Qu'il s'agisse d'adaptation aux risques ou de maintien du cap selon les circonstances qui prévalent, le dispositif de SEA dans les PMA est un processus évolutif. Dans les pays ayant des ressources limitées, l'ancrage doit tenir compte de la facilité d'utilisation des systèmes, souvent dans un environnement où les ressources manquent.

Le Cadre intégré renforcé (CIR), fort d'une expérience de plus d'une décennie dans l'environnement commercial complexe de 51 pays moins avancés et récemment sortis de la catégorie des PMA, a continué de tirer des enseignements de ces partenariats pour mieux répondre aux besoins des PMA. À cet égard, trois axes majeurs ont été dégagés.

Voici ce que nous avons constaté.

1.         Apprendre et s'adapter à un environnement commercial en mutation

N'importe quel chef d'entreprise sait à quel point apprendre et s'adapter sont des éléments essentiels à la pertinence et l'efficacité. Chaque année, voire chaque journée, sera à nulle autre pareille. Ainsi en va‑t‑il des programmes et des projets qui soutiennent le commerce. Des mécanismes spécifiques devraient être utilisés pour promouvoir l'apprentissage et l'adaptation, telles que les évaluations régulières des projets visant à renforcer les ministères du commerce ou à soutenir le développement des exportations, les outils spécifiquement axés sur l'évaluation et la surveillance des risques, et les autres exercices d'analyse.

En 2018, une évaluation rapide des systèmes de SEA du CIR a permis de renforcer davantage les processus, y compris grâce aux mises à jour du cadre logique du programme, un outil clé qui définit les objectifs et les indicateurs spécifiques permettant de mesurer les progrès. Le suivi régulier des résultats a fait que le programme peut être plus ambitieux lorsque les objectifs sont atteints et que des ressources peuvent être affectées aux domaines de résultats nécessitant de nouveaux investissements. Des enseignements importants ont été tirés d'une analyse effectuée en 2019, qui ont conduit au renforcement des évaluations au niveau des projets, ce qui est fondamental pour l'apprentissage au niveau des projets et des programmes. En 2020, dans le cadre de la lutte contre la COVID‑19, une équipe spéciale dédiée a mis en place une procédure ordinaire permettant d'évaluer les nouveaux risques, de générer des connaissances, de procéder à des changements au niveau des programmes et d'en rendre compte, y compris en recueillant des renseignements et en donnant des indications sur la façon dont les pays réagissaient face à la pandémie. Ces éléments ainsi que les retours d'information que le CIR s'emploie à obtenir permettent d'adapter les outils et les méthodes de formation et d'en élaborer de nouveaux, plus perfectionnés, pour l'avenir.

Les partenaires et les organismes faisant un travail similaire constituent toujours une source de renseignements et de compétences utile. Un groupe de travail sur le SEA rassemble les partenaires du CIR qui mettent l'accent sur le commerce afin de générer des idées, de créer des possibilités de coopération et de continuer d'améliorer les systèmes. Les meilleures pratiques des partenaires ont été récemment intégrées aux Lignes directrices actualisées pour les évaluations des projets du CIR, y compris les nouveaux modèles de réponse de la direction basés sur l'expérience des partenaires

2.         Renforcer les capacités dans les PMA

Apprendre va toujours dans les deux sens. Le CIR a reconnu que les équipes spécialistes du commerce des PMA ont besoin d'un soutien spécifique et que les systèmes centraux devaient aussi apprendre de ceux qui sont sur le terrain.

En 2020, un programme de détachement a été mis en place, dans le cadre duquel des spécialistes du SEA des ministères du commerce des pays du CIR ont été rattachés au Secrétariat exécutif pour une période de formation intensive et de sensibilisation pratique. Outre le renforcement des compétences, le CIR dispose du point de vue direct de différents pays qui peuvent être incorporés dans les outils du programme. À titre d'exemple, deux fonctionnaires récemment détachés du Sénégal et de Tanzanie ont déterminé les problèmes que rencontraient les pays du CIR en matière d'établissement de rapports. En collaboration avec leurs collègues, ces fonctionnaires détachés ont aidé à mettre à jour les modèles de rapport afin qu'ils soient libellés en termes plus clairs et qu'ils donnent des orientations plus explicites.

Les capacités des PMA en matière de SEA sont un complément essentiel de systèmes efficaces. Les équipes et les fonctionnaires chargés des questions commerciales devraient acquérir des compétences en participant à des formations et à des actions concrètes, de manière à dynamiser les dispositifs nationaux de SEA. L'accompagnement direct moyennant des missions virtuelles et des séances individuelles de soutien est un moyen d'y parvenir, tout comme les activités de formation collective qui encouragent le partage de connaissances ainsi que le rapprochement des équipes et des spécialistes locaux et régionaux du SEA.

[quote][quote] 

3.         Investir dans les systèmes axés sur les résultats

Les systèmes de SEA solides constituent le fondement des processus soutenant la prestation de résultats de qualité. Les projets liés au commerce comprennent toute une série d'interventions allant de l'élaboration des politiques à la coopération avec des exploitants agricoles tournés vers l'exportation, tout en continuant de mettre l'accent sur des priorités transversales telles que l'autonomisation économique des femmes. Cette multiplicité d'interventions et de résultats rend encore plus importante la nécessité de systèmes solides.

Au niveau des projets, des outils spécifiques de collecte de données permettant d'évaluer les changements induits par les projets peuvent combler les lacunes des systèmes nationaux ou autres, et peuvent être utilisés dans d'autres projets liés au commerce. Grâce aux investissements récents dans de tels outils, moyennant les contacts noués et les accords passés lors de foires commerciales ou l'accès à de nouveaux marchés, le CIR dispose désormais des moyens pour prendre en compte systématiquement les résultats des activités commerciales.

Du fait du grand nombre de projets liés au commerce mis en œuvre directement par les mécanismes nationaux, le dispositif de SEA doit coopérer avec les systèmes existants au niveau national et les compléter. Il est donc nécessaire de mettre progressivement en place un travail d'équipes et de minimiser les doublons dans les prescriptions tout en garantissant la cohérence.

Le dispositif du SEA au niveau du programme doit être suffisamment flexible pour tenir compte de la grande variété des interventions. Dans le monde du commerce, il faut notamment que les résultats des investissements soient pris en compte par les études, les formations et l'apport des nouvelles technologies, chacun contribuant aux changements qui s'étendent aux institutions, aux politiques et aux exportations, entre autres. Pour que le résultat soit, par exemple, une amélioration de l'accès aux marchés internationaux, il faudrait saisir les avantages générés par le soutien de la participation aux foires commerciales, la levée des obstacles à la facilitation des échanges, le recours au commerce électronique, et la mobilisation de ressources pour soutenir la mise à l'échelle.

Au cours de l'année écoulée, de nombreux programmes ont dû être adaptés et allégés en raison des perturbations causées par la COVID‑19 tout en continuant de mettre l'accent sur les impacts durables et les systèmes de soutien; cela devrait aussi être le cas dans l'avenir. Dans un tel environnement, il est plus important que jamais de disposer de cadres solides en matière de SEA.

 

 

About the author

Simon Hess est responsable du suivi et de l'évaluation au CIR.

 

Avertissement

Les vues et opinions exprimées sur la plate forme Nouvelles du commerce pour le développement sont celles des auteurs et ne reflètent pas nécessairement celles du CIR.