Available in:
Août 09, 2022

Comprendre l'importance de la collecte de données pour appuyer les politiques commerciales tenant compte de la problématique hommes-femmes

Publié initialement en tant qu'avis d'expert dans le Rapport de l'OMC en 2022.

La programmation inclusive a été essentielle pour les interventions du CIR dans le cadre de l'Aide pour le commerce dans les pays les moins avancés (PMA). Cela fait suite au constat selon lequel les bénéfices du commerce sont amplifiés lorsqu'ils créent des possibilités pour les femmes et pour les jeunes et qu'ils permettent aux micro, petites et moyennes entreprises (MPME) de s'intégrer dans le commerce mondial.

L'initiative du CIR intitulée "Rendre les femmes plus autonomes, dynamiser les échanges", lancée en 2019, démontre notre engagement en faveur de l'autonomisation économique des femmes au travers d'un ensemble de résultats définis dans le domaine de la politique et des capacités de production. Cette initiative est motivée par la volonté de constituer une base de données factuelles pour appuyer les politiques tenant compte de la problématique hommes‑femmes.

L'exercice de suivi et d'évaluation mené par l'OCDE et l'OMC a montré que l'intégration des questions de genre dans les stratégies nationales était un processus continu. Cela reflète les efforts que nous déployons actuellement en faveur d'une collaboration avec les gouvernements de PMA pour formuler et mettre en œuvre des politiques et des réglementations commerciales tenant compte de la problématique hommes‑femmes, et pour collecter des données commerciales ventilées par genre.

Les meilleures politiques sont celles qui s'appuient sur des faits, mais leur élaboration peut s'avérer difficile dans des contextes où les données n'existent pas. Depuis 2019, l'analyse selon le genre a été intégrée dans les travaux analytiques phares du CIR, à savoir les Études diagnostiques sur l'intégration du commerce, servant de base à la constitution de données commerciales ventilées par genre pour éclairer les processus de formulation des politiques commerciales dans les pays eux‑mêmes.

Les données ne sont pas seulement collectées à partir des activités de recherche et d'analyse; elles proviennent également de l'échange d'expériences. Par exemple, le soutien du CIR a été apporté aux principaux secteurs d'activité des femmes, l'objectif étant que celles‑ci puissent développer leurs activités et pénétrer de nouveaux marchés régionaux et mondiaux. Les réponses fournies dans le cadre de l'exercice de suivi et d'évaluation montrent qu'il y a un large consensus sur le fait que ces efforts permettent de renforcer l'indépendance économique et financière des femmes.

Ces données sont utiles lorsque les gouvernements des PMA doivent élaborer des politiques et des cadres réglementaires liés au commerce. L'exercice souligne toutefois qu'il s'agit d'un processus continu.

Le commerce électronique est apparu comme un domaine particulièrement important pour rendre le commerce plus inclusif et a continué de se développer, en particulier ces deux dernières années en raison de la COVID‑19. La transformation numérique peut potentiellement avoir les mêmes effets transformateurs sur les femmes entrepreneurs. Les faits montrent déjà qu'au cours de ces dernières années les femmes et les jeunes ont réalisé des progrès considérables sur le front du commerce électronique. La formation au commerce électronique pour les femmes entrepreneurs d'Asie du Sud mise en place par le CIR et la Commission économique et sociale pour l'Asie et le Pacifique va notamment dans ce sens. Les décideurs politiques doivent donc être attentifs à ces résultats, mais les chercheurs et les partenaires de développement ont également un rôle à jouer en partageant leurs données d'expérience et les leçons qu'ils peuvent en tirer.

Cet exercice de suivi et d'évaluation piloté par l'OMC et l'OCDE est un très bon exemple de la création de données probantes de ce type afin de contribuer à orienter les politiques d'Aide pour le commerce; il permet également d'informer les pays les moins avancés et les pays développés de ce qui a fonctionné ou pas, dans d'autres pays et contextes.

Pour l'avenir, la poursuite de la collecte de données factuelles en vue d'intégrer la question du genre dans les politiques et les cadres réglementaires liés au commerce devrait rester un domaine prioritaire pour tous. De son côté, le CIR continuera de partager des résultats et des enseignements, fera en sorte que la collecte de données ventilées par genre favorise l'apprentissage et renforcera les partenariats qui permettent aux femmes de tirer des avantages du commerce.

Crédits

©EIF/José Carlos Alexandre

Avertissement

Les vues et opinions exprimées sur la plate forme Nouvelles du commerce pour le développement sont celles des auteurs et ne reflètent pas nécessairement celles du CIR.