Available in:
Juillet 26, 2022

6 choses à savoir sur l'aide pour le commerce

L'Examen global de l'aide pour le commerce de cette année a pour toile de fond de nombreuses crises simultanées affectant le système commercial multilatéral. C'est dans ce contexte que l'OMC lancera les résultats de l'exercice de suivi et d'évaluation conjoint OCDE-OMC 2022.

La pandémie de COVID-19 continue de perturber l'économie mondiale. L'augmentation des niveaux de la dette publique, les pressions inflationnistes, notamment sur les marchés de l'alimentation et de l'énergie, font que les perspectives pour les pays en développement, et en particulier les pays les moins avancés, sont au mieux incertaines. En dépit de ces difficultés immédiates, les pays en développement et les pays les moins avancés continuent de se heurter à une série d'obstacles liés à l'offre et aux infrastructures commerciales qui limitent leur capacité à participer au commerce international.

Le commerce reste un moteur important non seulement de la croissance économique, mais aussi de la réduction de la pauvreté. Reconnaissant le rôle que le commerce peut jouer dans le développement, l'initiative Aide pour le commerce de l'OMC cherche à mobiliser des ressources pour remédier aux contraintes liées au commerce identifiées par les pays en développement et les pays les moins avancés. Mais dans le contexte des multiples crises qui affectent l'économie mondiale, cette tâche est difficile.

Sous le thème "Permettre un commerce connecté et durable", la publication analyse les changements de priorités de l'Aide pour le commerce dans les pays en développement et les pays les moins avancés en réponse à la pandémie de COVID-19 ; la manière dont la croissance écologiquement durable est poursuivie dans les stratégies de développement nationales et régionales ; les priorités de croissance de la connectivité numérique et du commerce électronique ; et la manière dont l'Aide pour le commerce autonomise les femmes pour atteindre les objectifs de développement durable.

Plusieurs messages clés ressortent de cette recherche :

1. Le commerce reste une priorité de développement

La pandémie de COVID-19 n'a pas entraîné un recul du commerce en tant que priorité de développement. Les objectifs commerciaux continuent de figurer en bonne place dans les stratégies de développement des pays en développement. Avec leurs partenaires financiers, ces pays se tournent vers le système commercial multilatéral pour obtenir des résultats en matière de développement.

2. La reprise économique du COVID-19 au cœur de l'aide pour le commerce

La pandémie de COVID-19 a entraîné un réalignement des priorités de l'aide pour le commerce. De nombreuses réponses à l'exercice de suivi et d'évaluation de l'Aide pour le commerce 2022, émanant à la fois des pays en développement et des donateurs, font référence à des stratégies développées spécifiquement pour soutenir la reprise économique après la pandémie.

3. La facilitation du commerce en tête des priorités de l'Aide pour le commerce

La facilitation du commerce est la priorité de l'Aide pour le commerce la plus fréquemment citée par tous les répondants à l'exercice de suivi et d'évaluation. La promotion de la diversification des exportations, la compétitivité internationale, le renforcement des capacités de production et la connexion aux chaînes de valeur mondiales figurent également en bonne place parmi les priorités commerciales des pays en développement et des donateurs, en particulier pour les pays en développement sans littoral et les pays les moins avancés.

4. Les considérations environnementales sont de plus en plus prises en compte dans les programmes d'aide pour le commerce

Les stratégies de développement et de commerce des pays en développement font de plus en plus référence à l'environnement. Les émissions de gaz à effet de serre ayant atteint leur niveau le plus élevé dans l'histoire de l'humanité, la durabilité environnementale figure en bonne place parmi les priorités de l'aide pour le commerce, notamment parmi les donateurs. Les actions visant à s'adapter au changement climatique ou à en atténuer les effets en sont le principal moteur pour nombre d'entre eux. Toutefois, la transition vers une croissance écologiquement durable n'en est encore qu'à ses débuts. Les objectifs sont souvent présentés en termes généraux, avec peu de cibles permettant de mesurer les progrès.

5. Des exigences croissantes liées à la connectivité numérique

La connectivité numérique est rapidement apparue comme un facteur important de résilience économique pendant la pandémie de COVID-19, les mesures de confinement ayant limité les contacts de personne à personne. La pandémie a accéléré la croissance du commerce électronique dans les pays, quel que soit leur niveau de développement, entraînant ce que l'UIT a appelé une "poussée de connectivité COVID-19" parmi les pays en développement et les pays les moins avancés. De nombreuses réponses à l'exercice de suivi et d'évaluation citent l'administration en ligne comme un moteur de l'économie numérique. La croissance rapide de la demande de connectivité et de services numériques a toutefois mis en évidence des lacunes dans les infrastructures et les cadres réglementaires des technologies de l'information et de la communication (TIC). Le caractère abordable de la connexion à l'internet et les compétences numériques sont également des sujets de préoccupation et contribuent à expliquer pourquoi l'utilisation du numérique dépasse en fait la demande dans certains pays en développement. Ces facteurs signifient que la fracture numérique reste importante, tant à l'intérieur des pays qu'entre eux, les MPME et les femmes étant touchées de manière disproportionnée parmi les groupes défavorisés.

6. Alignement des donateurs et des pays sur l'autonomisation économique des femmes

L'exercice de suivi et d'évaluation conjoint OCDE-OMC 2022 fait état de progrès dans l'intégration de l'autonomisation économique des femmes dans les programmes d'aide pour le commerce. Les donateurs et les pays partenaires sont mieux alignés dans leur soutien à l'égalité des sexes. Tant les pays en développement que les donateurs font de l'autonomisation économique des femmes une priorité dans les stratégies de développement et dans un large éventail d'instruments et de politiques. Les programmes d'aide pour le commerce ciblant les femmes comprennent la facilitation des échanges, l'accès au financement du commerce, la mise en réseau et les plateformes numériques, l'adaptation au changement climatique, la prévention de la violence sexiste, ainsi que la promotion du commerce et la préparation aux exportations.

De nombreuses réponses de pays en développement ont indiqué que l'aide pour le commerce a gagné en importance en raison des impacts économiques et commerciaux de la pandémie de COVID-19. Le défi collectif consiste désormais à continuer de mobiliser les ressources et autres soutiens nécessaires à une reprise inclusive et à une transition climatique juste.

Pour en savoir davantage sur l'Aide pour le commerce, inscrivez‑vous pour participer à l'Examen global 2022 de l'Aide pour le commerce, du 27 au 29 juillet 2022

Mots-clés
Aid for Trade
Avertissement

Les vues et opinions exprimées sur la plate forme Nouvelles du commerce pour le développement sont celles des auteurs et ne reflètent pas nécessairement celles du CIR.