Pour améliorer le commerce, mettre en place des mesures normalisées en RDP lao

Au moyen d'un calibrage précis de ses mesures d'appui au commerce et du respect des normes internationales, le pays vise à augmenter ses exportations

Améliorer la compétitivité de l'ensemble des entreprises d'un pays constitue une lourde tâche. Si certaines questions, telles que l'accès à la finance, la formation, la commercialisation ou les droits de douane, semblent constituer la majeure partie des initiatives à cet égard, il est également fondamental de se pencher sur la question des normes, c'est à dire de s'efforcer aussi bien d'évaluer correctement la situation des entreprises que de mesurer les marchandises d'un pays.

C'est précisément ce que la RDP lao est en train de faire.

Comme l'a dit M. Phouvieng Phongsa, Directeur général adjoint du Département de la planification et de la coopération, qui relève du Ministère de l'industrie et du commerce de la RDP lao, "[Le] programme [de la RDP lao] repose sur trois piliers majeurs. Le premier consiste à s'efforcer de promouvoir le renforcement de l'intégration commerciale. Nous avons adhéré à l'Association des nations de l'Asie du Sud Est (ASEAN) en 1997 et à l'Organisation mondiale du commerce (OMC) en 2013, nous devons donc promouvoir un plus grand respect des obligations aux niveaux tant régional que mondial. Le deuxième consiste à contribuer à l'amélioration de l'environnement économique. Enfin, le troisième consiste à aider les entreprises locales en stimulant la compétitivité".

Par l'adoption d'une double approche unique depuis 2013, le Ministère s'est efforcé de surmonter les problèmes de mesures du pays afin d'améliorer la situation commerciale, en collaboration avec le Département des normes et de la métrologie du Ministère des sciences et de la technologie et avec le Cadre intégré renforcé.

L'une de ces approches était axée sur l'absence d'analyse statistique adéquate de la situation des entreprises dans le pays. Un premier ensemble d'enquêtes trimestrielles sur les secteurs clés de la RDP lao a été mené à bien.
La seconde approche portait sur la nécessité du pays de se doter de laboratoires appropriés afin de normaliser les mesures des marchandises destinées à l'exportation. Il existe désormais des laboratoires à Vientiane dotés de personnel formé et des équipements nécessaires pour réaliser des mesures relatives à l'électricité, à la température et à la masse.

Ces trois laboratoires sont agréés au niveau international.

ÉTABLIR UN ÉTAT DES LIEUX

"Nous n'avions mené aucune enquête auprès des entreprises ni effectué de recensement de celles ci depuis la création du Ministère de l'industrie et du commerce en 2006. Avant la mise en place de ce projet, nous établissions des statistiques et présentions des rapports au Ministère chaque année mais nous le faisions à notre façon, sans tenir compte des normes internationales. Nous voyons maintenant la différence", a affirmé M. Samly Boutsady, Directeur général adjoint du Département de l'industrie et de l'artisanat du Ministère de l'industrie et du commerce.

Pour aller de l'avant, nous avons d'abord dû faire le bilan de ce que nous avions fait jusque là afin de tirer des leçons de notre expérience. Avec les statistiques dont nous disposions, nous n'étions pas en mesure d'indiquer au gouvernement quels étaient les secteurs d'activité forts dans le pays ni quels étaient nos points faibles.
- M. Samly Boutsady, Directeur général adjoint du Département de l'industrie et de l'artisanat du Ministère de l'industrie et du commerce

Ce changement a eu lieu à la suite de la formation du personnel aux procédures statistiques, de la création de manuels des opérations, de la mise en place d'un système pour mener des enquêtes auprès des entreprises du pays et de la création d'une base de données sur les branches de production. Aujourd'hui, le gouvernement dispose des données nécessaires pour élaborer des politiques fondées sur la réalité de l'environnement commercial dans l'ensemble des districts et provinces du pays.

"Pour aller de l'avant, nous avons d'abord dû faire le bilan de ce que nous avions fait jusque là afin de tirer des leçons de notre expérience. Avec les statistiques dont nous disposions, nous n'étions pas en mesure d'indiquer au gouvernement quels étaient les secteurs d'activité forts dans le pays ni quels étaient nos points faibles. Nous pouvons désormais constater qu'il existe six principaux sous secteurs en RDP lao, qui comptent pour plus de 50% de la production totale du pays", a affirmé M. Samly Boutsady.

"C'est pourquoi il était important de mener à bien ce projet relatif aux statistiques. Nous pouvons désormais, à partir de ces six sous secteurs, voir comment augmenter la production industrielle totale et fournir des conseils aux décideurs pour qu'ils puissent élaborer une politique visant à promouvoir ou à aider certains sous secteurs. C'est là tout l'avantage", a t il ajouté.

MESURER LES MARCHANDISES

En sus des outils dont dispose désormais le Ministère pour poursuivre les enquêtes sur les entreprises de la RDP lao, la seconde approche a permis de remédier à l'absence de laboratoire pour peser et mesurer les marchandises conformément aux normes internationales.

"Nous sommes un pays membre de l'OMC et de l'ASEAN et nous devons nous aligner sur les normes internationales. Par exemple, dans le domaine de la métrologie, nous nous efforçons de normaliser nos usages et d'utiliser l'unité internationale standard … Conformément à l'Accord sur les obstacles techniques au commerce, nous devons suivre ces règles pour pouvoir exporter et importer des marchandises", a affirmé Mme Nisith Khammounheuang, Directrice générale adjointe du Département des normes et de la métrologie.

Pour se conformer aux normes, les entreprises de la RDP lao faisaient généralement mesurer leurs marchandises en Thaïlande ou au Viet Nam. Désormais, il existe un laboratoire à Vientiane qui dispose des équipements nécessaires pour pouvoir effectuer ces mesures dans le pays et, à ce jour, dix entreprises y ont fait appel pour obtenir des certifications, ce qui a permis au secteur privé de réaliser d'importantes économies de temps et d'argent.

Nous disposons de quatre laboratoires officiellement accrédités, dont deux qui ont reçu un certificat d'accréditation... Cela constitue une grande avancée.
- Mme Pinphakone Xayavong, analyste commerciale au Ministère de l'industrie et du commerce

"Nous avons également fourni un appui au laboratoire de l'Université de Champasak, en lui fournissant les instruments nécessaires et en faisant appel à des experts internationaux provenant de Thaïlande pour apprendre au personnel à utiliser le matériel et à mener des inspections sur les produits agricoles. L'objectif, dans ce laboratoire, est de renforcer les capacités des enseignants pour qu'ils puissent transmettre leurs compétences aux étudiants. Le laboratoire est désormais accrédité par le Bureau des normes de qualité de laboratoire du Ministère thaïlandais de la santé et peut fournir des services au secteur privé, la province de Champasak ayant une production importante de produits agricoles, tels que des légumes et du café", a affirmé Mme Pinphakone Xayavong, analyste commerciale au Ministère de l'industrie et du commerce.

"Nous disposons de quatre laboratoires officiellement accrédités, dont deux qui ont reçu un certificat d'accréditation, à savoir le Laboratoire de biologie pour l'essai de produits agricoles et alimentaires industriels de l'Université de Champasak et le Laboratoire d'essais électriques et Laboratoire des Masses de DSM. Le Laboratoire des températures devrait également recevoir le certificat d'accréditation officiel. Cela constitue une grande avancée", a t elle ajouté.

ÉTAPE MAJEURE

Grâce aux normes relatives aux mesures métrologiques et analytiques qui ont été mises en place, le pays ne cesse de progresser vers la croissance des entreprises et des exportations. Entre 2014 et 2017, les investissements dans le secteur manufacturier de la RDP lao ont augmenté de 64% et les exportations de produits manufacturés de 10%.

Toutefois, un plus grand soutien doit être apporté au laboratoire de Vientiane, dont le budget est très serré et qui est en mesure d'aider les entreprises du pays à exporter.

"Nous manquons encore de main d'œuvre qualifiée dans nos laboratoires, or cela est primordial, en particulier pour gagner la confiance des clients. Nous devons continuer de former le personnel à l'utilisation du matériel, dans le respect des normes internationales, et nous ne sommes pas encore membre de l'Organisation internationale de métrologie légale. Parmi les membres de l'ASEAN, la RDP lao, le Cambodge et le Myanmar ne le sont pas. Nous devons également accroître le nombre de clients, qui doivent par ailleurs être informés de nos services. En outre, le Laboratoire des températures ne dispose pas encore de tous les équipements nécessaires pour pouvoir, par exemple, travailler avec des producteurs de boissons tels que Coca Cola ou Beer Lao", a indiqué Mme Khammounheuang.

KEYWORDS: exports standards better business Association of Southeast Asian Nations (ASEAN) World Trade Organization (WTO)

CREDITS: Header image of Lao PDR's Department of Standardization and Metrology in Vientiane - ©Deanna Ramsay/EIF