Le Premier Ministre malgache demande au CIR d'améliorer les perspectives commerciales de Madagascar

Le Premier Ministre malgache demande au CIR d'améliorer les perspectives commerciales de Madagascar

22 mai 2014

Lors d'une réunion tenue ce jour à l'Organisation mondiale du commerce (OMC), le Premier Ministre malgache, S.E. M. Christophe Roger Kolo, a indiqué que Madagascar était prête à se réengager dans le système commercial multilatéral avec le soutien de l'OMC, du Cadre intégré renforcé (CIR) et des partenaires de développement.

"Nous avons traversé une période difficile à Madagascar, mais la situation est désormais rétablie", a dit M. Kolo. "Nous sommes maintenant prêts à montrer que nous sommes attachés à la bonne gouvernance et que nous nous employons à améliorer les conditions de l'activité des entreprises en dialoguant avec diverses parties prenantes, y compris le secteur privé, en vue de contribuer au commerce et au développement tout en nous inspirant des enseignements tirés du passé."

Le Premier Ministre a insisté sur le fait que le ferme attachement de son pays au commerce était un moteur de croissance et favorisait le développement. Il a noté qu'à Madagascar le processus du CIR avait été relancé par le projet préalable à l'étude diagnostique sur l'intégration du commerce (projet pré‑EDIC) et par le processus de mise à jour de l'EDIC en cours. "Nous savons que le CIR est un programme important duquel nous attendons beaucoup. À Madagascar, les priorités sont nombreuses et nous voulons utiliser le CIR comme tremplin pour atteindre nos objectifs économiques et réduire la pauvreté." Le Premier Ministre a ajouté que "l'une des priorités du pays [était] de stimuler les exportations de produits agricoles, tels que la vanille".

Le Directeur général adjoint de l'OMC, M. Yonov Frederick Agah, a fait part, au nom du Directeur général, de la volonté de l'OMC d'aider Madagascar à s'intégrer pleinement dans le système commercial multilatéral. M. Agah a exposé les avantages que Madagascar en retirerait au niveau multilatéral en tant que pays moins avancé, y compris du fait de la mise en œuvre effective de la dérogation concernant les services et de l'Accord sur la facilitation des échanges faisant suite aux décisions prises à Bali dans le cadre de la Conférence ministérielle de l'OMC.

"S'agissant de nos relations avec Madagascar, nous attendons avec intérêt le prochain examen de la politique commercial du pays, prévu en 2015, ainsi que sa participation au cinquième Examen global de l'Aide pour le commerce. Par ailleurs, outre le soutien du CIR et à la demande de Madagascar, un soutien peut être apporté par l'Institut de formation et de coopération technique de l'OMC", a dit M. Agah.

Au sein du CIR, Madagascar a été l'un des pays pilotes retenus en 2001 pour la mise en œuvre du programme initial du Cadre intégré; son EDIC a été réalisée et validée en juillet 2003. Une partie des activités du CIR actuellement menées à Madagascar impliquent désormais un projet pré‑EDIC et des discussions visant à lancer un projet de mise à jour de l'EDIC. Sur cette base, le Directeur exécutif du CIR, M. Ratnakar Adhikari, a loué les efforts déployés par le gouvernement malgache pour mettre en place des politiques visant à créer un environnement propice à l'activité des entreprises comme condition préalable au développement du commerce.

"Nous sommes prêts à aider Madagascar à s'intégrer dans l'économie mondiale et régionale. Grâce aux résultats obtenus dans le cadre de nos travaux, par exemple au Mali, nous avons pu constater par nous‑mêmes que le commerce jouait un rôle important dans la réduction de la pauvreté et le développement économique", a dit M. Adhikari. "Au Mali, nous avons soutenu l'intégration du commerce, ce qui a amené le gouvernement à consacrer des ressources budgétaires à la promotion du commerce. Nous avons également soutenu la chaîne de valeur de la mangue, ce qui a permis aux coopératives dirigées par des femmes d'accroître leurs exportations de mangues vers les marchés européens. Cela a non seulement entraîné une réduction de la pauvreté, mais a aussi favorisé l'autonomisation des femmes et l'égalité hommes‑femmes." Pour conclure, il a dit que le CIR pouvait également aider Madagascar à identifier ses priorités commerciales, ainsi qu'à établir les structures institutionnelles nécessaires pour demander, recevoir et gérer l'assistance technique liée au commerce.

S.E. Mme Annick Andriamampianina, Ambassadrice et Représentante permanente de Madagascar auprès de l'OMC, s'est engagée à ce que la Mission de Madagascar à Genève suive la mise en œuvre du programme du CIR à Madagascar. Elle a également noté la collaboration positive menée avec l'OMC pour aider Madagascar à mettre en œuvre l'assistance technique liée au commerce.

Également présent à la réunion, M. Shishir Priyadarshi, Directeur de la Division du développement de l'OMC, a fait observer que cette dernière était disposée à aider Madagascar à participer aux travaux du Groupe des PMA et du Groupe africain de l'OMC. Il a dit que Madagascar devrait utiliser les financements accordés au titre des catégories 1 et 2 du programme du CIR "comme tremplin, comme déclencheur et comme moteur pour mobiliser davantage de ressources au titre de l'Aide pour le commerce".

Pour conclure la réunion, S.E. M. Yonov Frederick Agah s'est adressé au Premier Ministre pour réaffirmer l'engagement du CIR à Madagascar. "Si le CIR peut faire ça [obtenir des résultats] pour le secteur de la mangue au Mali, il peut faire la même chose pour le secteur de la vanille à Madagascar", a‑t‑il dit.

Note aux rédacteurs:

Le Cadre intégré renforcé (CIR) est un partenariat mondial entre les pays les moins avancés (PMA), les donateurs et les organisations internationales, qui soutient les PMA dans leurs efforts pour jouer un rôle plus actif dans le système commercial mondial en les aidant à remédier aux contraintes du côté de l'offre qui font obstacle au commerce. Ainsi, le CIR vise plus largement à favoriser la croissance économique et le développement durable et à faire sortir davantage de gens de la pauvreté.

Le programme fournit actuellement une aide à 46 PMA et à 3 pays récemment sortis de la catégorie des PMA; il est financé par un fonds d'affectation spéciale multidonateurs, le Fonds d'affectation spéciale pour le CIR, qui rassemble les contributions de 23 donateurs. Un objectif de financement de 250 millions de dollars EU sur cinq ans a été établi à l'occasion d'une conférence d'annonce de contributions de haut niveau organisée en 2007; le Fonds cherche à recueillir des contributions additionnelles ainsi que celles en cours. Le CIR vise à intégrer le commerce dans les stratégies nationales de développement, à mettre en place les structures nécessaires pour coordonner la fourniture de l'assistance technique liée au commerce et à renforcer la capacité de faire du commerce, ce qui consiste aussi à remédier aux principales contraintes du côté de l'offre.

Pour plus de renseignements: eif.secretariat@wto.org et http://fr-pt.enhancedif.org/index_fr.htm.